" La France a 20 ans de retard sur l’éducation en entrepreneuriat "

 |   |  906  mots
(Crédits : DR)
La communauté de recherche en éducation en entrepreneuriat (CREE), née récemment à Lyon, organisait ce vendredi 8 mars à Roanne une conférence internationale avec pour thème "L’éducation en entrepreneuriat, repenser les connexions". Plusieurs universités étrangères étaient présentes à cette occasion. Pour Stéphane Foliard, organisateur de l’évènement et maître de conférences en entrepreneuriat à l’IUT de Roanne (Université Jean Monnet), la France a 20 ans de retard sur le sujet.

Vous êtes un ancien banquier, vous enseignez aujourd'hui à l'IUT de Roanne pour le DUT GEA. Qu'est ce qui vous a amené à vous intéresser à ce sujet, assez peu traité en France, de l'Education en entrepreneuriat ?
Stéphane Foliard : J'ai créé en 2012 à l'IUT de Roanne, avec Sandrine Le Pontois, le programme Campus des Entrepreneurs, au sein du DUT GEA. Pendant 10 mois, les étudiants travaillent à la vraie création d'une entreprise. Ils doivent trouver une idée, faire leur marketing, leur développement, etc. J'ai constaté les énormes progrès que faisaient les élèves, les bénéfices importants qu'ils retiraient de cette formation. Mais il reste encore beaucoup de choses à améliorer.

J'ai donc décidé de faire basculer mes recherches sur le sujet de l'entrepreneuriat sur celui de l'éducation en entrepreneuriat. Dans ce contexte, je me suis donc rapproché d'autres chercheurs travaillant cette thématique et en particulier d'Alain Fayolle, qui est enseignant chercheur à l'EM Lyon Business School. C'est lui qui est à l'origine de CREE (Communauté de recherche en éducation en entrepreneuriat). La communauté existe depuis fin 2017.

Quel est l'objectif de cette communauté ?
Elle a pour...

Article réservé aux abonnés

Achetez l'article
Pour
5.00TTC
J'achète
Vous n'êtes pas abonné ? Abonnez-vous
Accéder
Déjà inscrit ou abonné ? Connectez-vous
Se connecter

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 23/03/2019 à 12:52 :
Pourquoi un tel titre ?
Pourquoi n'avoir retenu de notre entretien que la partie négative que je vous ai présentée comme des challenges ?
Ce que je pensais être une promotion de la communauté française d'enseignants et chercheurs en entrepreneuriat de transforme dans vos colonnes en un brûlot contre notre travail, contre mon travail, juste avec un titre ! 20 ans de retard ! C'était dans ma bouche une expression toute faite pour dire que nous devons nous inspirer des canadiens ou des norvégiens ! Pas pour cracher sur tout le travail qui a été fait !
J'ai passé un temps fou, un énergie considérable, mis tout mon enthousiasme à organiser une conférence internationale qui a été un vrai succès, qui a souligné la qualité du travail fait en France. Votre titre et vos choix suite à notre entretien mette une grande partie de ce travail à terre.
Je le vis personnellement très mal.
Je ne garde de tout cela qu'une leçon : je dois rester maître des mots, je ne pensais pas que se serait pour me protéger et protéger ceux qui croient dans l'éducation en entrepreneuriat en France. Il y a du travail, des challenges mais aussi beaucoup de talent et de bonne volonté !
Je tenais à vous donner ce sentiment amer.
Stéphane Foliard
Organisateur de la conférence sur l'éducation en entrepreneuriat CREE 2019
a écrit le 09/03/2019 à 8:49 :
Je crois aussi que si les entrepreneurs etaient formes et avaient tous la volonté d'un vrai souci au client le France n'en serait pas là
mais la communication est privilégiee sur la R & D et le souci du client reste à la marge pour pas mal
dommage pour l'economie et l'emploi
le problème n'est pas la volonte d'entreprendre mais la façon d'entreprendre
ce n'ets pas pour rien que des gens passés par de grandes ecoles finissent par changer d'orientation pro

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :