Une gauche se meurt

 |   |  944  mots
(Crédits : Hamilton/Rea)
Nous vivons sous le règne de l'actualité, dans ce que l'historien François Hartog appelle le « présentisme », et nous en oublions trop souvent de reprendre notre souffle, de nous poser et de réfléchir en prenant quelque distance. Le dernier scrutin municipal et le remaniement ministériel n’échappent pas à la règle.

Ainsi, le désastre électoral de la gauche aux municipales semble-t-il déjà enseveli sous les commentaires suscités par la formation du nouveau gouvernement. Dernière chance pour François Hollande, nous explique-t-on alors, avec parfois quelques commentaires acerbes du genre : avec lui, on ne change pas une équipe qui perd, ou bien encore : les tensions entre le Président et le Premier Ministre vont nous occuper largement durant les années à venir, et il en sera de même, vraisemblablement, avec la chronique des déclarations et initiatives de la nouvelle ministre de l'Environnement.

Nous vivons la mort d'une gauche

Mais arrêtons-nous un instant sur ce que signifie, en profondeur, la nouvelle donne politique : un gouvernement qui nous est présenté comme une habile synthèse des principaux courants de la majorité -à l'exclusion pourtant des orientations incarnées par Martine Aubry, et sans les Verts, qui se retrouvent à soutenir le pouvoir sans y participer, ce qui constitue une étrange opération. Une droite qui s'affirme alors même qu'elle n'a pas de leadership affirmé, pas de programme, et que divers scandales auraient pu affecter sa crédibilité. Un Front National qui s'enracine localement, mélange de racisme, de xénophobie et d'antisémitisme d'une part, et d'autre part de proclamations de respectabilité -les contradictions, pour l'instant, n'ont pas affecté son ascension.

De tout ceci, un point décisif émerge, qu'il vaut mieux désigner en termes crus : nous vivons la mort d'une gauche. Ce diagnostic peut être formulé de deux manières différentes.

La première consiste à faire crédit au gouvernement, et à situer politiquement son action, présente et à venir. François Hollande n'a pas bougé d'un iota en changeant de premier ministre, il maintient le cap d'une politique qui se dit social-démocrate, ce qui est une plaisanterie.

Son espoir est tout entier placé dans une action dont les maîtres-mots sont rigueur, réduction des dépenses publiques, effort pour convaincre Bruxelles d'accepter un déficit budgétaire. Rien de gauche ou de social-démocrate ici, ce qui est en jeu est une orientation économique et, derrière elle, un pari : une telle politique relancera la croissance, inversera la courbe du chômage, et permettra à celui qui l'impulse de se présenter la tête haute à l'élection présidentielle de 2017. Les Français auront alors oublié les années Ayrault.

La pensée magique

Ce premier scenario comporte une dimension de pensée magique, il inclut l'idée que la croissance repartant d'ailleurs que de France pourrait tirer alors celle de notre pays. Et il repose sur un défi qui risque de se heurter à bien des difficultés -mais ce n'est pas le thème de cet article. Du point de vue qui m'intéresse ici, la principale caractéristique du pari économique du pouvoir est qu'il est plus technique que social, plus centriste que de gauche. Pour qui est de gauche, il est au mieux blairiste.

Une deuxième façon de faire le point sur la gauche aujourd'hui consiste à considérer le modèle sur lequel fonctionne le pouvoir en place. Il existe deux modèles classiques à gauche, l'un communiste, l'autre social-démocrate : aucun des deux ne permet de définir l'expérience française. Nous sommes suffisamment loin du communisme, dont le déclin historique est inéluctable, pour ne pas avoir à en dire plus.

Et nous ne pouvons pas parler de social-démocratie, car il faudrait que des acteurs sociaux, un mouvement ouvrier, des syndicats puissants constituent le socle sur lequel se construit l'action politique, ce qui à l'évidence n'est pas le cas : depuis une vingtaine d'années, les médias, sans réviser leurs chiffres, parlent d'un nombre de syndiqués de l'ordre de 8% de l'ensemble des actifs, ce qui est aujourd'hui certainement au-dessus de la réalité.

Le modèle français de socialisme, tel qu'il a fonctionné ces dernières années, est d'un autre ordre. En fait, deux caractéristiques définissent ce modèle qui aujourd'hui bat de l'aile. D'une part, le socialisme français est organisé au niveau national, avec un parti efficace, et, depuis 2012, une majorité à l'Assemblée nationale et un contrôle du parlement par l'exécutif et plus précisément par l'Elysée. Et d'autre part, tout le territoire est l'objet d'un maillage, ce que les politologues appellent le socialisme municipal.

Un PS doublement en crise

Or ces deux composantes sont aujourd'hui en crise. Le parti socialiste a cessé d'être un lieu vivant et dynamique, le « laboratoire des idées » a cessé de fonctionner, la voix du parti ne porte pas, et les relations entre l'exécutif et le législatif risquent de se tendre, tant une partie des parlementaires est heurtée par le cours des choses. Le désastre des municipales risquant fort de se prolonger par une défaite aux élections européennes, le parti socialiste, sans projet, sans vision du futur, et le gouvernement, qui échoue à rallier une majorité significative des Français, donnent ensemble l'image de l'effondrement : il n'y a pas de colonne vertébrale, de « vista », d'éléments programmatiques ni même de perspectives susceptibles à court ou moyen terme de justifier l'idée d'une gauche conquérante ou renaissante.

Quant au socialisme municipal, il suffit de noter que la gauche a perdu quelque 150 villes de plus de 9000 habitants, sans parler de communes plus petites, pour prendre la mesure de son délitement.

Ainsi, quelle que soit la perspective adoptée, et que le gouvernement réussisse ou non dans son pari, il faut bien se livrer à un constat : cette gauche se meurt.      

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 09/04/2014 à 13:08 :
Les bobos sont bien à Paris.
Aprés la claque qu'ils vont prendre aux européennes, il va falloir qu'ils se recasent quelque part même si , avant de mourir, ils vont tenter de saborder le navire
a écrit le 07/04/2014 à 16:56 :
De quelle gauche parle-t-on? Les communistes, j'en n'ai pas croisé depuis longtemps! et les socialistes convaincus, ils doivent l'être de moins en moins...Je pense que la gauche est essentiellement composée des autres, ceux qui votent écolo ou Parti de gauche au 1er tour, de ceux qui votent "utile", non par conviction mais pour éviter la droite coûte que coûte, et surtout de ceux qui s'abstiennent, dégoûtés de bouffer des couleuvres depuis 2002; l'année où ils ont dû voter Chirac pour faire barrage à Le Pen. Peut-être que les partis de gauche se meurent, mais l'électorat de gauche est bien vivant, frustré, certes, et très en colère contre les usurpateurs et les professionnels du baratin, mais juste en sommeil. Vous savez, ce sont les gens qui croient encore en l'humain, aux valeurs de solidarité, de sincérité, au partage des richesses, à la nécessité de protéger les ressources naturelles...Ceux-là sont bien vivants, j'en croise encore très souvent...
a écrit le 07/04/2014 à 15:27 :
La gauche n'existe plus depuis longtemps. Ce n'est pas une gauche qui se meurt, c'est une clientèle qu'on remplace.
a écrit le 07/04/2014 à 13:09 :
On ne peut pas être les seuls à appliquer une politique de gauche dans ce monde de compétition. Le principe est beau mais le résultat est catastrophique, nous perdons la compétition économique, les emplois, les éléments les plus performants et adaptés à ce monde nous quittent pour d'autres cieux... Si on veut vraiment faire du socialisme en France, il faut fermer les frontières, abolir la démocratie, empêcher les gens de quitter le pays et vivre au maximum en autarcie. Dans le cas contraire il faut s'adapter au monde qui nous entoure car lui ne s'adaptera pas à nous. Oui cela signifie des sacrifices. Mais peut-on continuer à financer notre train de vie par de l'endettement que nous laissons à nos enfants....
a écrit le 07/04/2014 à 12:25 :
Comment peut on être socialiste "tout court" en 2014 ? Etre socialiste à l'époque de la lutte des classes avait du sens. Aujoud'hui, non. Le progrès est là. les électeurs bénéficient d'une information totale des sujes d'actualités. Dès lors et, avec leurs intelligences, ils interpellent les politiques sur leurs absences de décision pour le bien de tous. D'où, le taux d'abstention où les votes extremes. La gauche se meurt, le droite se meurt, la politique d'une manière générale se meurt. Seul le renouvellement des idées fera revivre la politique. Mais qui dit renouvellement des idées dit renouvellement des personnes. Et ça, c'est encore un autre débat.
Réponse de le 07/04/2014 à 18:55 :
Il faut souhaiter bonne chance à ceux qui sont aux responsabilités pendant la tempête.
Mais un conseil toutefois : il faut méditer les paroles profondes de Shakespeare et surtout les dire comme elles ont pu être dites par les plus grands :
"To be or not ? (le dire laconiquement comme un socialiste qui parle en langue de bois de ce qui ne le concerne pas vraiment, puis laisser passer un ou deux anges, le silence est ici très important pour donner du poids aux mots qui suivent...)
TO BE ! (là , il faut le dire en étant en train d' être vraiment à ce qu' on fait : être en train d' être )
That is the question"

Nos politiciens ont détruit le langage qui était pourtant l' outil de leur action, de la capacité à convenir à promettre , à pâtir ...
À force de voler les mots, de trafiquer leur usage avec leurs conseillers en Com, ils ont inventé un langage incompréhensible inutilisable, vehicule du sens frauduleux car non négocié équitablement.
Situation très difficile

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :