Qui est Ioulia Timochenko ?

 |   |  1011  mots
Véronique Grosjean, agrégée d'Allemand et traductrice réside dans le Beaujolais.
Véronique Grosjean, agrégée d'Allemand et traductrice réside dans le Beaujolais. (Crédits : DR)
Véronique Grosjean a traduit le livre « la princesse du gaz ». Une enquête explosive du journaliste allemand Franck Schumann sur Ioulia Timochenko, la principale opposante au régime déchu de Viktor Inaoukovitch. Véronique Grosjean revient sur les événements en Ukraine. Elle estime que la lumière doit être faite sur l’ex égérie de la Révolution orange.

Lorsque j'ai accepté la proposition de traduire le livre de Franck Schumann « La princesse du gaz, Affaire Timochenko », je ne connaissais d'elle que son nom et j'avais en tête le souvenir d'une femme politique, mise en lumière lors de la Révolution orange, dans les années 2004-2005. J'imaginais, qu'en faisant cette traduction, j'allais contribuer un peu plus à étoffer la gloire de la pasionaria ukrainienne. Peu à peu, je me suis rendu compte que je n'étais pas seule à ne pas savoir qui était Ioulia Timochenko. Quand j'énonçais son nom, on me répondait souvent : "Qui est-ce ?" L'Ukraine, à l'évidence, n'intéressait pas beaucoup.

Condamnation

Au moment où j'ai accepté de faire cette traduction, début février 2013, j'ai su que nous allions être deux traductrices. Il fallait l'avoir terminée au plus tard fin février. En effet, un procès allait démarrer début mars à Kiev et dans les bancs de l'accusé on verrait Ioulia Timochenko. Condamnée une première fois pour détournement de fonds et corruption en 2011, elle allait devoir répondre, cette fois, de complicité de meurtre. On lui attribuait un contrat sur la tête de son rival économique et politique, le député Tcherban, exécuté quelques années plus tôt. Commençait donc un véritable marathon contre la montre.

Ioulia Timochenko refuse le poste de Premier ministre en Ukraine

Hernie discale invalidante

Après cet intense travail de traduction, émaillé de recherches sur internet pour traduire au mieux ce livre très documenté, je voyais l'Ukraine sous un autre jour. Cet immense pays, situé entre Europe de l'Ouest et la Russie, avait pris forme pour moi, se peuplant des personnages les plus divers. J'en imaginais les habitants, leur mode de vie, leur histoire complexe, leur caractère, leurs difficultés, leur rapport à la politique de leur pays mais aussi à la politique des pays occidentaux. J'étais entrée dans le monde judiciaire ukrainien, j'avais fait la connaissance du Procureur chargé des investigations dans le cadre de "l'affaire Timochenko", j'avais pénétré derrière les hauts murs de la prison où était incarcérée la prisonnière la plus célèbre d'Ukraine et, enfin j'avais visité l'Hôpital des cheminots de Kharkiv, où Ioulia Timochenko avait été transférée à de nombreuses reprises pour y être soignée de son hernie discale invalidante.

Lever le voile sur l'héroine de la Révolution orange

Surtout, ce livre m'ouvrait la porte de l'univers de Ioulia Timochenko, de l'enfance jusqu'à son ascension dans la sphère économique et politique de son pays. Devenue personnage de chair qui se mouvait devant moi au fil de la lecture, cette femme m'intriguait de plus en plus, me faisant arpenter le net à la recherche d'informations supplémentaires sur son pays et sa situation géopolitique. Fermement décidé à lever le voile sur l'identité de cette femme aux multiples visages, Schumann avait fait émerger pour sa part un personnage sans point commun avec l'héroïne de la Révolution orange, telle que je la connaissais au travers des médias français ou allemands. Dans le livre, Ioulia Timochenko apparaissait sous les traits d'une ambitieuse, avide de pouvoir, n'hésitant pas à éliminer tous les obstacles sur son passage, jusqu'à commanditer un meurtre pour faciliter sa propre accession au pouvoir.

D'un côté, de l'autre

Les événements des derniers mois, puis la récente destitution du Président Ianoukovitch, suivie de la libération de Ioulia Timochenko et son apparition, en chaise roulante, sur la Place de l'Indépendance, haranguant la foule massée devant elle, toute cette succession d'événements me laisse pensive. D'un côté, je revois le portrait de femme surgi de l'enquête de Schumann, auprès du Procureur, auprès du directeur des prisons d'Ukraine, des codétenues de Ioulia, des gens qui l'ont fréquentée de près ou de loin. Une femme très ambitieuse, sans scrupules, sans foi ni loi, manipulatrice, qui n'a qu'une idée en tête et compte bien arriver à ses fins, par tous les moyens : mettre fin à l'emprisonnement qu'elle considère comme une manœuvre politique pour l'évincer. De l'autre, je pense à ce qu'en disent ses amis politiques, ses fervents admirateurs et sa fille Evguenia. Ioulia est usée, par la maladie qui la mine, par le long séjour en prison et par cette grève de la faim, entamée lors du refus du Président Ianoukovitch de conclure l'accord de rapprochement avec l'Union européenne, ruinant ainsi les espoirs du peuple ukrainien d'accéder à la démocratie et de rejoindre la grande famille européenne.

Evènements inéluctables

Les événements qui viennent de se produire ne m'ont pas surprise, à vrai dire, et sont en cohérence avec l'analyse de Frank Schumann. La pauvreté en Ukraine est terrible, le prix du gaz négocié avec la Russie reste exorbitant, alors même que les gazoducs traversent le pays. Les oligarques vivent dans l'opulence, plusieurs d'entre eux figurent sur les listes des plus grandes fortunes mondiales. Je m'attendais depuis quelque temps à ces événements qui me paraissaient inéluctables, sans savoir le moment.

Elections de mai prochain

Actuellement, le Président Ianoukovitch est en fuite, et fait l'objet d'un mandat d'arrêt. Lui-même clame l'illégalité de la prise de pouvoir par ses opposants. La Russie le soutient. Ioulia Timochenko semble vouloir être candidate à la Présidence de l'Ukraine le 25 mai prochain. Il me semble important que la question posée par l'enquête de Frank Schumann trouve une réponse. L'incarcération de Ioulia Timochenko était-elle justifiée ? Le procès pour meurtre à son encontre est-il fondé ? Il reste trois mois avant les prochaines élections. J'espère que la lumière sera faite d'ici là sur tous ces points d'interrogation posés par le livre car ils assombrissent pour le moins l'auréole de Ioulia Timochenko. Deux ans plus tard, les médias occidentaux commencent, me semble-t-il, à se poser la même question que Frank Schumann : qui est Ioulia Timochenko ?

 

 

 

 

 

 

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :