Et Dieu dans tout ça ?

 |  | 2107 mots
Fotolia
Fotolia (Crédits : Fotolia)
Dieu et la foi dans l'entreprise… Pour son deuxième anniversaire, RH en Rhône Alpes vous propose ce numéro spécial. Pourquoi un tel thème? Parce que la dimension spirituelle habite l'individu, quelque soient l'identité - catholique, protestante, musulmane, juive, agnostique, athée…- et le niveau d'engagement de ses convictions.

Parce qu'elle résonne bien au-delà de l'intimité personnelle et porte son rayonnement dans le champ professionnel. Parce que son empreinte séculaire et tentaculaire, autrefois omniprésente dans toutes les strates de la société et incontournable à chaque intersection des mondes politique et philosophique, a innervé la sphère économique et sociale. Ne sont-ce pas les protestants qui ont inspiré le principe de co-gestion en Allemagne, et les catholiques français qui ont préparé la naissance des allocations familiales ? N'est-ce pas à la doctrine sociale de l'Eglise que se réfèrent les dirigeants chrétiens pour cheminer spirituellement dans les marécages souvent piégés de l'économie ? Dès lors que l'homme est pourvu d'une conscience et que celle-ci est directement corrélée à sa spiritualité, l'entreprise accueille de plein fouet cet impact. Inévitablement.

 

Lorsqu'elle place l'homme au cœur de ses préoccupations, dans le respect de sa dignité et de sa croyance ou de son incroyance, la foi sert le dirigeant et le guide judicieusement dans ses décisions. Quand elle dérape, s'impose moralisatrice et s'éprend d'idéologie, quand elle élude avec opportunisme quelques règles élémentaires, elle détruit. Le croyant dans l'entreprise navigue entre ces deux directions, parfois hésite, se soumet, capitule, se ressaisit, malmené par un environnement et des pressions qui mettent au défi et violentent parfois son intégrité spirituelle. La valeur d'un individu se mesure sans doute à la résistance qu'il livre à tous les agresseurs de la dignité humaine. Celle d'un chrétien ne répond-elle pas de ce même dessein de pourchasser les injustices ? Et là les disparités sont criantes, parfois déconcertantes, les témoins les plus emblématiques du « patronat chrétien » n'étant pas forcément - parfois même loin de là - les plus humbles et les plus vertueux...
Acteurs de l'économie vous fait découvrir des désillusions, des convictions, des échecs, des initiatives, bref le monde des croyants dans l'entreprise. Ce monde, c'est le Président d'une banque qui ne « se sent pas concerné » par l'immixtion problématique de l'argent dans l'épanouissement de sa foi; ce sont ces prêtres ouvriers engagés auprès des plus démunis mais victimes d'une campagne d'enragés - issus de l'Eglise ou du patronat - qui a désormais enseveli leur reconnaissance : espérons que la mémoire leur survive; ce sont aussi ces chrétiens qui ont adopté un mouvement coopératif qui épouse fidèlement certains principes énoncés dans l'Evangile. Le monde des...

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :