Opticities, laboratoire européen de la mobilité

 |   |  647  mots
La création de données urbaines, l'un des quatre projets lyonnais d'Opticities
La création de données urbaines, l'un des quatre projets lyonnais d'Opticities (Crédits : Opticities)
Clap de fin pour le projet européen Opticities, une expérimentation sur la mobilité intelligente à l'échelle européenne. Pendant trois ans, la métropole lyonnaise, seule agglomération française à faire partie de ce consortium, a pu tester de nouveaux services en lien avec la mobilité. Au moins trois d'entre eux seront progressivement déployés sur le territoire.

En 2013, la métropole de Lyon prenait la tête d'un consortium, Opticities, composé de 25 partenaires de 9 pays différents (budget global 13 millions d'euros, dont 460 000 euros de contribution de la Métropole). Il s'agit de la déclinaison européenne du projet Optimod'Lyon - qui avait pour vocation de collecter les données pour mettre en œuvre des services innovants pour les déplacements et qui a débouché sur Optymod'Lyon, le premier GPS urbain multimodal.

"Ce programme a permis de développer et de tester des services innovants en matière de transports dans six grandes agglomérations européennes. Chaque ville peut désormais puiser dans ce vivier qui constitue le premier socle d'une mobilité européenne commune. Il s'inscrit dans notre stratégie et a démontré, une fois de plus, notre capacité à coordonner des projets internationaux qui bénéficient aux habitants et aux acteurs économiques du territoire", souligne Karine Dognin-Sauze, vice-présidente de la Métropole de Lyon en charge de l'innovation, de la Métropole intelligente et du développement numérique.

À Lyon, 4 projets ont été expérimentés et financés par ce biais.

Création de données urbaines

Par exemple, la métropole de Lyon poursuit sa dynamique de collecte de données. En collaboration avec Actris, un bureau d'étude lyonnais spécialisé dans les systèmes embarqués, plusieurs centaines de kilomètres de données voiries (panneaux, passages piétons, signalisation au sol) ont été collectées et traitées.

Lire aussi : Smart city : Lyon, laboratoire urbain européen

Cette campagne s'est appuyée sur un prototype utilisant des images panoramiques fournies par un système de Mobile Mapping Video, qui améliore la qualité des données topologiques.

"Ouvertes à tous, ces données seront, notamment, mises à la disposition des entrepreneurs qui voudraient développer de nouveaux services", souligne la vice-présidente.

Harmonisation des données européennes

A l'heure où l'Union européenne réfléchit à sa politique d'ouverture de données de mobilité et à la mise en place de normes communes (des mesures devraient être adoptées début 2017), Opticities a alimenté les travaux de réflexions des organismes européens. L'un des standards proposés pourrait même être adopté par l'organisme international de normalisation (ISO), d'ici fin 2016.

Car avant de pouvoir utiliser une application développée pour donner la priorité aux transports publics aux heures de pointe, comme à Göteborg (Suède), il faut s'assurer que la base de travail soit identique.

"Pour assurer le développement d'un service, il faut une continuité de l'offre d'une ville à l'autre, d'un pays à l'autre. Les données doivent être accessibles à partout pour assurer la continuité du service", explique Luc Marbach, directeur général de Institut Vedecom.

L'institut a ainsi développé et testé à Lyon un système qui assure la continuité du service entre le smartphone et le GPS de la voiture, quelle que soit la marque. Ainsi, un trajet commencé à pied peut automatiquement se poursuivre en voiture, le système basculant de fait d'un écran à l'autre.

Gestion prédictive du trafic

Comme à Göteborg, la Métropole s'intéresse à la gestion du trafic urbain. Sur la base du projet Optimod, qui a permis d'élaborer une information prédictive de trafic à 1 h, la métropole a conçu, en collaboration avec Spie, un outil d'aide à la décision pour la régulation de son trafic.

Intégré au cœur du système de régulation Criter, il vise à déterminer la stratégie la plus adaptée pour réduire le temps d'attente au feu, de tester de nouveaux fonctionnements de carrefours, de. Des tests se poursuivent encore au sein du poste de commande.

Par ailleurs, Optymod'Lyon intègrera, début 2017, un système de mise en relation des conducteurs et des usagers en temps réel, le covoiturage dynamique.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :