Lyon-Turin : une opposition plurielle

 |   |  394  mots
Le futur tunnel en travaux.
Le futur tunnel en travaux. (Crédits : DR)
Des deux côtés des Alpes, le projet ferroviaire Lyon-Turin est décrié. Mais pas toujours pour les mêmes raisons. C'est ce qu'affirme Kevin Sutton dans un article scientifique qu'il vient de publier sur le sujet.

L'opposition au projet de ligne ferroviaire Lyon-Turin s'est peu à peu structurée côté français ces cinq dernières années. Mais avec des différences notables par rapport à l'autre côté de la frontière. Dans son article "L'affirmation d'une opposition française au "Lyon-Turin" : un conflit entre liminarité et intermédiarité" (JAR-RGA), le géographe Kevin Sutton résume :

"Le principe d'utilité est premier en France lorsque, historiquement, le principe de responsabilité est le ferment en Italie."

D'après ses observations, l'opposition italienne, dont le cœur historique est situé dans le Val de Suse depuis 1994 autour du mouvement No TAV, refuse la légitimité de l'administration. En France, au contraire, les responsables administratifs et politiques restent légitimes pour les opposants, en témoigne la mobilisation de rapports de la Cour des comptes pour appuyer les arguments anti-LGV.

L'utilité publique au cœur de la contestation française du Lyon-Turin

Depuis la réalisation de l'enquête d'utilité publique en 2012, le mouvement français s'est structuré autour de Daniel Ibanez qui lui a apporté "cohérence et consistance d'argumentation" d'après Kevin Sutton. En France, la notion dl'utilité publique est, depuis cette date, particulièrement mobilisée par les opposants au projet. Ces derniers contestent la cohérence des retombées économiques et des prévisions de trafic, proposant plutôt le renforcement des lignes de liaison existantes.

Lire aussi : Lyon-Turin, le trafic des marchandises justifie-t-il vraiment le projet?

Peu à peu, la lutte française a réussi à dépasser l'aspect local. L'évolution du mouvement, pour Kevin Sutton, est liée à celle d'EELV. Daniel Ibanez a d'ailleurs été candidat d'ouverture sur les listes EELV aux élections européennes en 2014 et régionales en 2015. La critique de l'Europe institutionnelle a permis aux opposants français et italiens de trouver des points de convergence.

La ligne Lyon-Turin fait partie du débat politique et public depuis de nombreuses années. Elle a été évoquée pour la première fois de manière conjointe par la SNCF en France et les FS en Italie en 1987. Quatre ans plus tard, elle est inscrite au Schéma directeur national des liaisons à grande vitesse en France. Aujourd'hui, elle est de plus en plus contestée, alors que de villes comme Grenoble renoncent à lui apporter une aide financière.

Lire aussi : Où va le Lyon-Turin ?

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 15/06/2016 à 17:55 :
Il ne faut pas parler de Lyon Turin mais de tronçon de la ligne Kiev Lisbonne. De ce point de vue s'opposer à ce tronçon c'est comme s'opposer à la section Valence Montélimar lorsqu'on a construit Lyon Marseille. Lorsque le TGV est venu à Lyon, certains s'opposaient à la construction de la Gare de la Part Dieu, affirmant qu'avec quelques aménagements, la gare de Perrache suffirait. Leurs successeurs sont aujourd'hui contre la tronçon Lyon-Turin.
a écrit le 14/06/2016 à 21:41 :
Dans les ports "méditerranéens", lire bien sur Gênes et non pas... Genève!
a écrit le 14/06/2016 à 21:32 :
Tout professionnel exerçant de France sur l'Europe proche peut douter du bien-fondé économique d'une liaison fer Lyon <-> Turin sous les Alpes. Car, la demande réelle, elle, est dans le sens Nord <-> Sud, rapprochant l'Europe (du Nord et Ouest) active de l'Italie ou/et des rivages de la Méditerranée (et de ses ports tels Venise, Genève, Fos, Barcelone, Piraeus). Il y a bien d'autres urgences à la rentabilité sociale plus évidente: réduire le temps Lyon/Paris-Genève, Genève-Nice, sécuriser et fiabiliser les routes alpines (Romanche, Hte Durance, Arly, Rte "Napoléon",..).
a écrit le 14/06/2016 à 19:26 :
J'ai démontré l'inutilité de ce projet dans un rapport publié en février 2016 et transmis aux ministères concernés et aux hommes politiques soutenant le projet. Le Président Louis Besson a bien voulu répondre à mes questions. Ceci a permis d'affiner mon analyse.
J'ai présenté ce rapport lors de la réunion des opposants à ce projet ce 12 juin 2016. Ce rapport est accessible sur mon site https://bernardreverdy.wordpress.com/
Je suis prêt à toute controverse sur mon analyse et à répondre à vos questions.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :