A45 : le modèle financier se précise

 |   |  671  mots
L'A45 viendrait doubler l'A47 afin de fluidifier le trafic entre les deux villes de Lyon et Saint-Etienne.
L'A45 viendrait doubler l'A47 afin de fluidifier le trafic entre les deux villes de Lyon et Saint-Etienne. (Crédits : Yann Petiteaux)
Alors que les acteurs économiques du territoire rhônalpin ont appelé les collectivités à voter en faveur de la réalisation de la controversée autoroute A45, son modèle financier se précise peu à peu. La métropole de Saint-Etienne pourrait voir son enveloppe diminuée grâce à la participation de nouvelles collectivités. La création d'un fonds de soutien, qui recevra des versements de la part d'entreprises qui souhaitent voir le projet se réaliser, pourraient également voir le jour.

Quitte ou double. Même si tout peut encore se jouer avant l'échéance du 22 avril, date à laquelle le plan de financement de l'A45 doit être remis au ministère des Transports, les contours de ce plan se précisent.

Finalement tout se joue au niveau de Saint-Etienne Métropole. "L'Etat doute de la pérennité de l'engagement financier", décrit Laurent Wauquiez, président de la région Auvergne Rhône-Alpes dans une lettre adressée à Gaël Perdriau, maire de Saint-Etienne et président de la communauté d'agglomération, au début du mois de mars. La collectivité doit donc être en mesure de proposer un plan financier concluant à l'Etat. Auquel cas, le projet pourrait être entériné.

Soutiens économiques et politiques

Alors, afin de diminuer l'enveloppe de la collectivité, plusieurs soutiens se sont fait connaître. A commencer par le monde économique.

"Nous sommes dans les starting-blocks", lance André Mounier, président de la CCI Saint-Etienne-Montbrison.

Depuis quelques mois, ce fervent défenseur de l'A45 défend une idée : la création d'un fond de soutien, qui serait hébergé par la Face (Fondation agir contre l'exclusion). Pour l'instant, "ce projet est en sommeil mais si c'est nécessaire nous pourrons lancer l'opération". Autrement dit, si certains soutiens politiques se désistent au dernier moment. "Certains se sont déjà engagés comme SNF Floerger, spécialiste du traitement de l'eau. D'autres entreprises de la Haute-Loire sont également prêtes à abonder."

"Le conseil départemental de la Haute-Loire ainsi que Loire-Forez m'ont donné un accord de principe", indique par ailleurs Gaël Perdriau.

Avec l'engagement de ces nouveaux acteurs, l'enveloppe de la métropole pourrait se retrouver réduite autour de 100 000 euros.

Un budget de 1,2 milliard d'euros

Pour rappel, sur les 1,2 milliard d'euros nécessaires à la réalisation de cette autoroute, 400 millions sont pris en charge par le concessionnaire - qui doit encore être désigné par l'Etat. Ce dernier financera 400 millions d'euros. Le reste devait initialement être partagé entre le Département de la Loire et Saint-Etienne Métropole. Mais la faiblesse des finances de celui-ci a reposé le débat.

Entre temps, Laurent Wauquiez est intervenu : il promet pour l'instant une participation à hauteur de 100 millions d'euros. "Durant la campagne, il avait évoqué une enveloppe de 141 millions d'euros", corrige Gaël Perdriau. Lors du vote du budget le 17 mars, les 100 millions d'euros ont bien été inscrits. Laurent Wauquiez a adressé une lettre d'engagement dans ce sens au président de la communauté de communes.

Pour la suite, mieux vaut sortir les calculatrices. Saint-Etienne Métropole devait initialement contribuer à hauteur de 211 millions d'euros. Si on y soustrait les 70 millions promis par Laurent Wauquiez, le budget final atteint 141 millions d'euros. Un chiffre encore trop élevé : "cela se joue à 20 ou 30 millions près", détaille Bernard Bonne, président du conseil départemental de la Loire.

A contrario, la Métropole de Lyon tout comme le département du Rhône ne participera pas au financement de l'autoroute. Son président, Christophe Guilloteau a toujours affirmé être contre la réalisation de cette autoroute. En septembre 2015, il avait même affirmé qu'il utiliserait "tous les moyens légaux de recours" pour l'empêcher.

"La fin des débats"

Cependant pour l'instant, rien n'est encore joué. Car les votes des différents budgets qui permettront de clore le plan financier n'ont pas encore eu lieu. Au niveau de Saint-Etienne Métropole, "nous devons convaincre la majorité de nos élus, sachant que lors de la dernière session, 75 % des communes ont voté pour", détaille Gaël Perdriau.

Réponse au prochain conseil communautaire le 19 avril.

"Nous devons aller rapidement", souligne quant à lui Bernard Bonne.

Rapidement, c'est-à-dire avant le 22 avril, date de rendu du dossier définitif. "Dans tous les cas, ce sera la fin des débats", conclut-il. Un ressenti partagé par Gaël Perdriau : "J'ai le sentiment que nous sommes les élus les plus près de voir se concrétiser le projet." Quitte, ou double.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 17/03/2016 à 17:40 :
Fouyaya, ça fait cher le bouchon au débouché de cet A45 à Pierre Bénite A7 !!!

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :