Valence : mobilisation ce jeudi pour sauver les TGV

 |   |  413  mots
Le parc d'activités économiques Rovaltain, à proximité de la gare SNCF.
Le parc d'activités économiques Rovaltain, à proximité de la gare SNCF. (Crédits : A.T.)
Ce jeudi 10 mars, dès 8h15, des élus accompagnés de chefs d'entreprise se sont réunis dans le hall de la gare Valence TGV Rhône-Alpes sud. Objectif : demander le maintien de certaines lignes ferroviaires. Pour le syndicat mixte Rovaltain, cette décision met en péril leur stratégie de mobilité, mais aussi plus largement le développement des entreprises.

La gare Valence TGV Rhône-Alpes sud, située au nord du département de la Drôme, est sans aucun doute l'un des moteurs du parc d'activités économiques Rovaltain. Il y a encore 20 ans, cette zone n'était que des champs. Aujourd'hui, elle accueille près de 120 entreprises et environ 1 900 emplois, dans les secteurs de la recherche, du tertiaire et de l'industrie. Ce parc d'activités économiques est aussi certifié ISO 14001. Sa politique environnementale tient à promouvoir des valeurs d'éco-mobilité, à travers une mobilité raisonnée ou encore l'utilisation des déplacements doux. Selon son gestionnaire, depuis 2009, l'usage de la voiture aurait reculé de 10 points.

Des trains supprimés

Or, la SNCF vient d'annoncer la suppression, dès le 4 avril prochain, de trois TGV avec Lyon Part-Dieu en matinée ainsi qu'en fin de journée. Des trains qui correspondent aux horaires de bureau des entreprises. Dès lors, le syndicat mixte craint pour l'accessibilité du parc. C'est dans ce contexte que son président, Laurent Monnet (UDI), invite ce jeudi matin les élus, les représentants du Club du Parc et des chefs d'entreprise à se réunir dans le hall de la gare afin de montrer leur mécontentement, dénoncer une décision unilatérale sans concertation et demander le maintien de ces lignes.

"Les salariés et les partenaires commerciaux des entreprises devront trouver d'autres moyens pour se rendre sur le territoire depuis Lyon sur le créneau 8h -9h !", note ainsi le syndicat dans un communiqué.

Selon une enquête menée en 2015, 10 % des salariés utilisent le train : 73 % des arrivées se font entre 8h et 9h, et 55 % des départs entre 17h et 18h.

Une implantation stratégique

La structure craint également pour le développement du territoire, la gare et le parc d'activités étant situés entre Lyon et Marseille, et à 2h10 de Paris.

"Au-delà de Rovaltain, ces manquements de trains auront un impact sur l'ensemble du territoire, pour les entreprises de l'agglomération Valence Romans Sud Rhône Alpes et son bassin de 300 000 habitants.", souligne-t-elle aussi.

Contactée, la SNCF indique que la desserte est "très fortement déficitaire", précisant que le "TGV 6801, assurant l'axe Dijon - Lyon - Valence - Marseille a perdu 2,6 millions d'euros en 2014, soit 7 000 euros par parcours". L'entreprise ferroviaire précise par ailleurs que le taux d'occupation est inférieur à 45 %. Elle invite désormais ses clients à prendre les autres TGV pour se rendre sur l'écoparc.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :