Autocar : FlixBus mise sur Rhône-Alpes

 |   |  715  mots
(Crédits : Droits réservés)
La société FlixBus lancera le 1er octobre la ligne Lyon-Clermont-Ferrand-Bordeaux : la première liaison transversale Est-Ouest de l'entreprise. Leader en Allemagne, elle mise sur le marché français avec en première ligne la région Rhône-Alpes comme l'indique Yvan Lefranc-Morin, directeur du développement de Flixbus France.

La libéralisation du transport en autocar en France, relative à la loi Macron, nourrit les espoirs des professionnels du secteur. Le constructeur Iveco Bus, dont un site de production est implanté à Annonay (Ardèche) attend de pied ferme de nouvelles commandes. Des opérateurs, comme Eurolines (Transdev) ou encore iDBUS (SNCF) se sont aussi positionnés. La société FlixBus, leader en Allemagne, fait de même et a ouvert ses premières lignes. Moins de deux mois après l'entrée en vigueur de la loi Macron, l'entreprise affirme avoir attiré plus de 50 000 passagers avec un taux de remplissage supérieur à 60 % pour ses premières lignes nationales. Leader en Allemagne, Yvan Lefranc-Morin, directeur du développement de Flixbus France veut s'imposer rapidement en France et notamment en Rhône-Alpes.

Acteurs de l'économie-La Tribune : quel est le concept développé par FlixBus ?

Yvan Lefranc-Morin : FlixBus est une société créée en Allemagne en 2012. L'idée était alors de préparer la libéralisation du transport en autocar lancée Outre-Rhin le 1er janvier 2013. La société s'est développée sur un concept assez original. Elle propose en effet aux autocaristes un partenariat. Celui-ci gère et exploite les lignes (maintenance, gestion du véhicule, recrutement des chauffeurs, etc.). La société FlixBus, quant à elle, crée et planifie les lignes, le plus intelligemment possible. Il faut les insérer un réseau plus global et favoriser les interconnexions. Nous nous occupons également de la communication et du marketing. Enfin, nous apportons un important travail sur la plateforme des réservations et utilisons différents canaux. Pour résumer, les partenaires exploitent les cars et FlixBus les remplit.

Pourquoi se développer en France ?

Nous avons connu un fort développement en Allemagne. Nous sommes le leader incontesté avec 75% de parts de marché. Notre stratégie se déploie aujourd'hui à l'international. Il y a quelques mois, nous lancions des lignes en Italie, nous arrivons maintenant en France. L'enjeu est de développer un réseau le plus dense possible en Europe, et le plus maillé.

En France, aujourd'hui, nous sommes en bonne voie. Le business model est identique et nous travaillons avec des partenaires. Nous sommes une SARL de droit français qui compte aujourd'hui 20 salariés. Fin 2015, nous serons 70. Le réseau de partenaires va croître lui aussi.

Vous établissez un cahier des charges pour travailler avec ces partenaires. Quelles sont les préconisations ? Le groupe Daimler est actionnaire de FlixBus. Le partenaire est-il libre de choisir son constructeur ?

Ce cahier des charges est assez complet et permet une certaine homogénéité et un même niveau de qualité sur l'ensemble du réseau. Il rappelle les équipements de sécurité obligatoire, les éléments de confort tels les prises de courant, le wifi, les toilettes ou encore les espacements entre les sièges, la présence d'un snack. Le car doit remplir certains critères concernant la qualité et la sécurité. Par ailleurs, il n'y a pas d'obligation à choisir un modèle de Daimler ; le partenaire a le choix du fabricant.

Avez-vous déjà établi des contacts en Rhône-Alpes et Auvergne ?

Notre première ligne - franco-française - a été lancée le 3 septembre dernier et relie Clermont-Ferrand à Paris, via Bourges. Un partenariat a été établi avec Nenot Intertourisme, un autocariste basé à Beaumont (Puy-de-Dôme). Certaines lignes sont en préparation. Le 6 octobre prochain, nous signerons un partenariat - en vue du lancement d'une ligne Montpellier-Grenoble - avec les autocars Ginhoux, une PME dont le siège est situé à Aubenas (Ardèche). Le 8 octobre, nous devrions lancer la ligne Grenoble-Lyon-Paris-Dieppe-Le Havre, assuré par l'entreprise Europe Autocar (implantée à Saint-Pierre-d'Allevard, en Isère NDLR). Il y aura une ligne Nantes-Hyères, opéré par un partenaire basé à Clermont-Ferrand. Lors de la saison d'hiver, une ligne reliera Paris à la Savoie. Un partenariat a été signé avec les Autocars des pays de Savoie.

Entre la signature et la création d'une ligne, il faut près d'un à deux mois. Aujourd'hui, plus de 70 véhicules circulent aux couleurs de FlixBus et nous comptons 80 destinations à ce jour. Cette région est très importante, stratégique même pour la France, l'Italie et l'Allemagne. Lyon est une zone centrale, un hub.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 01/10/2015 à 10:44 :
Le jour, sans doute d'hiver sur une voirie verglacée du Massif Central, où un car aura un gros accident (ce n'est évidemment pas à souhaiter) avec des victimes, et pour tenir un horaire, Macron fera un peu moins le malin.
Réponse de le 06/10/2015 à 20:21 :
nvb, on voit bien que vous n'avez jamais conduit d'autocar sur la neige car vous sauriez qu'avec un équipement équivalent à une voiture vous êtes autant en sécurité dans votre car que votre auto. Il faut se renseigner avant d'écrire tout et n'importe quoi. Merci
Réponse de le 28/07/2016 à 16:51 :
A condition que votre employeur veuille bien équiper ses véhicules à temps....

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :