Stations de ski  : le haut débit, un appétit stratégique

 |   |  716  mots
(Crédits : Monica Dalmasso)
[Série 3/5] A l'heure des réseaux sociaux et des smartphones, la connectivité des stations devient un enjeu stratégique pour se démarquer de la concurrence. Et aussi, assurer une promotion à moindre coût grâce au partage des photos par les utilisateurs.Troisième volet de notre série consacrée aux grands défis de la montagne de demain.

Deux-Alpes Loisirs ambitionne d'offrir une couverture globale, gratuite, de son domaine skiable à sa clientèle. "Nous devons en permanence nous adapter au mode de vie de nos clients, explique Didier Bobillier, directeur général de Deux-Alpes Loisirs, filiale de la Compagnie des Alpes. L'accès à une connexion est devenu incontournable."

Partager images et vidéos

Bien sûr, la station et une partie du domaine skiable bénéficient de la couverture en 4G, susceptible de couvrir les besoins de la clientèle française. Mais 50 % des skieurs des deux-Alpes viennent de l'étranger. Pour eux, le coût de connexion en France reste élevé. Certes, un accord entre opérateurs européens pourrait permettre dès cette année aux clients étrangers de bénéficier de forfaits 4G illimités. Mais il reste encore la clientèle non européenne, que Deux-Alpes Loisirs souhaite satisfaire.

Lire aussi : L'asphyxie financière des stations de moyenne montagne

Aujourd'hui, les skieurs veulent pouvoir partager en direct leurs aventures en montagne avec leurs amis restés chez eux. Durant les vacances de février, 20 000 skieurs se côtoient simultanément sur les pistes des Deux-Alpes. Si 5 % de ces skieurs veulent se connecter à Internet en même temps, ce sont 1 000 connexions simultanées à assurer, illustre M.Bobillier.

Mise en marché proactive

Autant dire que le haut-débit est nécessaire pour permettre à tous de partager des contenus gourmands en bande passante. "Ce qui intéresse les clients, c'est de partager des images et de la vidéo", pointe Didier Bobillier. Et ces partages intéressent la station. "Nos meilleurs ambassadeurs sont nos clients, confie-t-il. Plus l'activité sur les réseaux sociaux est forte, plus le retentissement de la station est important."

Ces partages participent à une mise en marché proactive, indispensable aujourd'hui, selon Nathalie Saint-Marcel, directrice adjointe du Cluster Montagne.

"Le simple fait de dire : venez à la montagne, c'est beau, il y a de la neige... ça ne suffit plus, martèle Mme Saint-Marcel. Alors que le bowling du coin va vous envoyer un SMS, la station peut vous adresser des photos magiques de ce qui se passe en haut des pistes."

Mieux communiquer avec la clientèle

Le haut-débit doit aussi permettre à la station d'amener l'information directement à sa clientèle. Les images filmées à 3 000 mètres d'altitude seront diffusées en direct sur le web pour promouvoir la station. Elles seront aussi publiées sur des écrans dans la station, afin de montrer les conditions de ski en altitude, "qui peuvent être très différentes de celles qui prévalent à 1 600 mètres", souligne le directeur général de Deux-Alpes Loisirs.

Lire aussi : Fidéliser les jeunes skieurs : un enjeu capital pour les stations

Sur ces écrans, comme sur les téléphones de la clientèle de la station, la société de remontées mécaniques vise aussi à envoyer des informations sur une fréquentation importante dans un secteur skiable, pour inciter ses clients à préférer un autre secteur. Les skieurs pourront aussi recharger leur forfait en ligne en fonction de leurs besoins, et recevoir des informations sur les événements d'après-ski.

Depuis trois ans, Deux-Alpes Loisirs œuvre à un CRM en partenariat avec l'office de tourisme, les écoles de ski et les magasins de sport, en vue de transmettre de l'information en continu à leurs clients. "Mais pour cela, nous avons besoin du haut-débit", pointe M.Bobillier.

Le haut débit attendu pour 2018

Chaque fois que des travaux sont réalisés sur le domaine skiable, la société de remontées mécaniques en profite donc pour poser de la fibre optique. À terme, Deux-Alpes Loisirs vise à proposer des points d'accès wifi gratuits dans les zones identifiées comme prioritaires. "Là où les skieurs s'arrêtent le plus souvent, précise M.Bobillier, pour que la clientèle puisse se connecter à tout moment sur le domaine".

Avec ses points d'accès wifi reliés par fibre optique à la station, tout semble prêt pour offrir ces services numériques à la clientèle, sauf que... la station ne bénéficie pas encore du haut-débit. Le conseil départemental de l'Isère a prévu le raccordement des Deux-Alpes d'ici 2018. La station pourra alors, enfin, déployer son offre numérique.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :