Régionales 2015 : Queyranne espère l'emporter "au sprint"

 |   |  335  mots
(Crédits : Laurent Cerino/ADE)
Dimanche soir, les militants PS étaient plutôt rassurés par le score de Jean-Jack Queyranne. En ballotage défavorable, le président sortant de la Région espère une large mobilisation à gauche pour l'emporter le 13 décembre.

L'ambiance était plutôt au soulagement dimanche soir au local de campagne de Jean-Jack Queyranne, à l'annonce des estimations, à 20 heures. C'est sous les applaudissements que, esquissant un léger sourire, le président sortant du Conseil régional de Rhône-Alpes, s'installe au pupitre, et lit sa déclaration écrite à la main, peu avant 20 heures 30. Le PS est alors donné en deuxième position avec 24,5 % des voix talonné par le FN (24,4 %).

"J'aborde le 2ème tour avec gravité et responsabilité pour faire vivre les valeurs de l'humanisme et de la République. J'invite toutes les forces de gauche  à se rassembler. Rejoignez nous, soyons plus forts, plus mobilisés", exhorte t'il

Lire aussi : Régionales 2015 : Wauquiez arrive en tête avec 31,7% devant le FN et le PS

 Vaincre Laurent Wauquiez

"On va gagner, on va gagner", scandent les militants réunis dans les locaux exigus du 20 quai Jean Moulin à Lyon. Malgré l'écart avec la droite, tous se veulent optimistes et déterminés à vaincre Laurent Wauquiez "qui mène une aventure personnelle", répète Jean-Jack Queyranne. "Je gagnerai au sprint", martèle-t'il quelques instants plus tard.

"Notre ambition est de repousser les extrêmes. C'est jouable", appuie pour sa part, Véronique Trillet-Lenoir, Professeur de médecine, en 2ème position sur la liste du candidat PS pour la Métropole de Lyon.

Mais pour encore espérer gagner il faudra réussir une fusion avec le PC et EELV, les discussions s'annoncent longues. "Avec les Verts nous avons appris à nous comprendre. Nous ne sommes plus dans la configuration de 2010", se rassure Gwendal Peizerat, vice président PS sortant.

QG de campagne JJ Queyranne

Réserves de voix

Alors qu'au fil des dépouillements, le FN passait devant les socialistes, ( 25,52 % contre 23,93 %) personne ne voulait dramatiser ce renversement de situation . "Nous avons des réserves de voix, ce que n'a pas la droite. Ce qui est important c'est que l'écart entre nos scores soit peu important" entendait-on au QG de campagne.

Lire aussi : Wauquiez veut surfer sur la dynamique du 1er tour

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :