Gérard Collomb nommé ministre de l'Intérieur

 |   |  1180  mots
(Crédits : Laurent Cerino/ADE)
L'édile lyonnais occupera - enfin - un poste gouvernemental. Gérard Collomb, soutien de la première heure du nouveau président de la République a été nommé, ce mercredi, ministre de l'Intérieur dans le gouvernement d'Edouard Philippe. Si cette désignation semble répondre au souhait d'équilibre voulu par Emmanuel Macron, entre visages nouveaux et politiques accommodés aux rouages institutionnels, la question de la légitimité à ce maroquin de celui qui est parfois considéré comme un baron local peut cependant se poser. Retour sur une trajectoire - et des choix - qui lui ouvrent aujourd'hui les portes des hautes instances du pouvoir.

Il se rêvait Premier ministre ou ministre de l'Intérieur, et rien d'autre. La place Beauvau échoit à Gérard Collomb qui soufflera ses soixante-dix bougies le 20 juin prochain. Un maroquin au...

Article réservé aux abonnés

Achetez l'article
Pour
5.00TTC
J'achète
Vous n'êtes pas abonné ? Abonnez-vous
Accéder
Déjà inscrit ou abonné ? Connectez-vous
Se connecter

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 20/05/2017 à 19:07 :
A quoi mène l'égo de cet homme de réseau, despote et "coupeur de tête", imbu de sa personne, qui a plus envie de terminer son 3ème mandat, essoufflé par les seuls projets du tertiaire (bureaux vides à la Part-Dieu et ailleurs) et pour avoir engager aucun grand projet structurel pour la 2 ème agglo de France. Il a donné priorité au stade de Mr Aulas, plutôt qu'à la saturation complète de la gare Part-Dieu et des infrastructures routières et ferrovières et au non développement des Pme/ Pmi, commerces et artisanat local!
Depuis ses 3 mandats mr Collomb gère les recettes par l'augmentation des Impôts locaux, sans réelle maitrise des dépenses publiques en embauchant encore des fonctionnaires... Voila son bilan réel
a écrit le 18/05/2017 à 11:07 :
Le ministre de l'intérieur, c'est le majeur, non ? "La moralité devient rigide quand le reste ne l'est plus" disait Coluche, mais bon avec Macron, c'est le pognon et les vieux croûtons :-)
a écrit le 17/05/2017 à 20:23 :
70 ans... Autrefois la gérontocratie était une tare des pays de l'Est et de l'URSS.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :