Présidentielle 2017  : ces chercheurs testent des modes de scrutin alternatifs

 |   |  516  mots
L'un des principaux écueils du système français est le poids du vote utile.
L'un des principaux écueils du système français est le poids du vote "utile". (Crédits : reuters.com)
Le scrutin présidentiel à deux tours n'est pas exempt de paradoxes. Il favorise notamment le vote "utile" défavorable aux petits candidats. Pour permettre d'exprimer au mieux les rapports de force au sein de l'opinion, certains chercheurs du laboratoire GATE Lyon Saint-Etienne (CNRS) expérimentent des systèmes de vote alternatifs.

Donald Trump a remporté le scrutin présidentiel américain contre Hillary Clinton alors que celle-ci avait plus de 2 millions de suffrages d'avance. Ce paradoxe récent est l'un des nombreux exemples...

Article réservé aux abonnés

Achetez l'article
Pour
5.00TTC
J'achète
Vous n'êtes pas abonné ? Abonnez-vous
Accéder
Déjà inscrit ou abonné ? Connectez-vous
Se connecter

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :