Région : la démission de Gilles Chabert réclamée par l'opposition

 |   |  516  mots
(Crédits : Copie Ecran France 3 Alpes)
Les partis d'opposition à la majorité régionale de Laurent Wauquiez ne se satisfont pas du départ de Gilles Chabert de son poste d'administrateur de la Compagnie des Alpes.

Malgré la démission de Gilles Chabert de son poste administrateur de la Compagnie des Alpes, annoncée ce mardi matin, l'opposition estime la mesure insuffisante et réclame le départ pur et simple du conseiller spécial au sein de l'exécutif régional Auvergne Rhône-Alpes. Pour rappel, Acteurs de l'économie - La Tribune révélait les multiples fonctions de Gilles Chabert, en plus de sa fonction à l'exécutif régional, qui place "Monsieur Montagne" dans une situation de conflit d'intérêts manifeste, selon deux avocats, l'un spécialisé dans la lutte contre la corruption et l'autre en droit public.

Lire aussi : Région Auvergne-Rhône-Alpes : "Monsieur Montagne" soupçonné de prises illégales d'intérêts

Ainsi, Europe Écologie les Verts Rhône-Alpes (EELV) demande la démission de Gilles Chabert de ses fonctions de conseiller spécial de Laurent Wauquiez pour la Montagne. Le parti écologiste souhaite également l'ouverture d'une information judiciaire "pour que toute la lumière soit faite sur cette histoire."

"De telles mises en cause étaient inévitables, affirme dans un communiqué Jérôme Cucarollo, porte-parole régional d'EELV. Nos élu-es ont dénoncé cette ambiguïté dès le premier jour du mandat. En face, le président Wauquiez a pleinement assumé qu'en matière de montagne, il déléguerait une politique non seulement destructrice des paysages alpins mais également clientéliste à l'égard des stations au président du syndicat des moniteurs de ski".

"Conflits d'intérêts majeurs"

De son côté, le groupe Socialiste, Démocrate, Écologiste et Apparentés (SDEA), principal groupe d'opposition à l'assemblée régionale, renouvelle sa demande de clarification à Laurent Wauquiez.

"La démission de Gilles Chabert est la démonstration que l'exécutif de Laurent Wauquiez se trouvait face à une situation de conflits d'intérêts majeurs, assure le groupe SDEA. Si elle est une première étape, elle reste très insuffisante puisqu'elle ne règle en rien les autres positions ambiguës que tient le conseiller spécial Montagne de Laurent Wauquiez, notamment en tant que président du Syndicat National des Moniteurs de Ski."

Un quasi-consentement

Le parti d'opposition régionale adresse même une mise en garde au président du conseil régional Auvergne-Rhône-Alpes. "Un an après avoir fait campagne sur le thème de la chasse aux conflits d'intérêts, Laurent Wauquiez fuit les explications sur la situation grave et inquiétante au sein de son équipe, accuse le groupe SDEA. Son silence sur les conflits d'intérêts de son conseiller spécial résonne comme un quasi-consentement."

Lire aussi : Gilles Chabert démissionne de la Compagnie des Alpes

Pour rappel, Corinne Morel-Darleux, conseillère régionale (Parti de Gauche) membre du groupe Rassemblement Citoyens, Ecologistes, Solidaires, et membre de la commission Montagne, appelait à' "une action soit portée en justice dès lors qu'elle peut être fondée.

Laurent Wauquiez ne s'est pas exprimé publiquement sur l'affaire Chabert depuis les révélations d'Acteurs de l'économie - La Tribune, vendredi dernier.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :