Les ambitions du patron du Medef Loire

 |   |  396  mots
Benoît Fabre : La création de valeur, ce sont les chefs d'entreprise, les salariés mais aussi l'administration qui fonctionne et nous permet de travailler.
Benoît Fabre : "La création de valeur, ce sont les chefs d'entreprise, les salariés mais aussi l'administration qui fonctionne et nous permet de travailler". (Crédits : DR)
Benoît Fabre, nouveau président du Medef Loire depuis juin 2016, entend défendre les créateurs de valeur et faire passer un message simple : "pas de société sans économie".

"Nous sommes arrivés aujourd'hui au constat qu'il est nécessaire de porter un discours simple : pas de société sans économie", martèle Benoît Fabre. Le nouveau président du Medef Loire veut faire passer un message politique auprès des élus et du grand public : "l'économie, ce n'est pas l'ennemi des Français, c'est ce qui permet d'avoir une République qui marche".

Cet Aveyronais de 50 ans, dirigeant de l'entreprise saint-chamonaise Corona Etanchéité (35 salariés, 5 millions d'euros de chiffre d'affaires), ne se positionne "ni à droite ni à gauche" et se place résolument dans le camp des créateurs de valeur. Créateurs qu'il entend bien défendre à la tête du groupement de branches interprofessionnelles.

"On est content, en tant que chefs d'entreprise, de faire du résultat et de voir que l'on participe au bon fonctionnement de l'Etat. Nous devons nous décomplexer de créer de la valeur et arrêter de baisser la tête."

Casser l'image d'un "Medef CAC 40"

"La création de valeurs, ce sont les chefs d'entreprise, les salariés mais aussi l'administration qui fonctionne et nous permet de travailler", insiste l'entrepreneur qui fustige dans le même temps "la partie de l'administration qui ne fonctionne pas et représente un coût prohibitif".

Benoît Fabre veut également casser l'image d'un Medef "CAC 40". Chiffres à l'appui : les 1 500 entreprises membres du Medef Loire à travers les différentes branches professionnelles emploient 42 000 salariés. "La plupart sont des TPE/PME qui comptent moins de cinquante collaborateurs et la plupart emploient entre douze et quinze salariés."

Juger les faits

Afin de faire passer les messages du patronat, le nouveau président du Medef Loire compte particulièrement sur la cinquantaine de mandats que possède l'organisation sur la Loire (tribunal de commerce, conseil de Prud'hommes, CAF, Urssaf, CPAM, grandes écoles...).

Il vient de créer une commission d'animation des mandats et veut mettre en place un service qui permettra aux adhérents du syndicat d'être mis en relation avec un mandataire capable de répondre à diverses problématiques (juridiques, d'emploi, de formation...).

Le Medef Loire compte pas moins de 150 mandataires actifs. Au niveau régional se constitue également un observatoire de l'environnement économique qui vise à confronter les promesses des élus avec la réalité. "On veut bien entendre les discours, mais on va surtout juger les faits."

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :