Auvergne-Rhône-Alpes : Wauquiez maintient le cap des 300 M€ d'économies

 |   |  578  mots
(Crédits : Capture d'écran / Googlemaps)
La région Auvergne-Rhône-Alpes assure tenir le cap de son plan d'économies de fonctionnement prévoyant d'atteindre 300 millions d'euros à la fin du mandat. Quant au développement économique, Laurent Wauquiez affiche sa volonté de travailler de concert avec les départements.

"Nous sommes la seule région fusionnée à ne pas accroître nos dépenses de fonctionnement", clame avec fierté Laurent Wauquiez, président (Les républicains) d'Auvergne-Rhône-Alpes. Le cap du programme d'économies est tenu : aux 75 millions prévus en 2016 succédera le même montant l'année prochaine. L'addition des efforts donne 150 millions d'euros.

"Fin 2017 nous serons à mi-parcours des 300 millions d'euros que nous nous sommes fixés à échéance du mandat. On fera ainsi pas loin de 10 % d'économies sur la totalité de notre budget actuel", calcule Etienne Blanc, 1er vice-président de l'assemblée territoriale.

Le maire de Divonne-les-Bains (Ain) dresse l'inventaire de l'année 2016 : 8,7 millions d'euros en moins sur le train de vie, 36 millions d'euros sur la redéfinition des politiques régionales en finançant les actions plutôt que des structures, 4,2 millions d'euros pour l'international, 15 millions d'euros gagnés sur les frais financiers favorisés par les taux bas, etc.

"Dire que cela a été facile, ce n'est pas vrai", reconnaît le premier vice-président.

Ressources financières de l'ancien siège

"Cet argent économisé nous le rendons aux habitants de la région en investissements dans leur vie quotidienne", insiste Laurent Wauquiez. Le président par intérim du parti LR met en avant un rythme prévisionnel de "800 millions par an contre 715 millions sous la mandature précédente".

Lire aussi : Wauquiez : un plan d'économies nébuleux

L'ancien maire du Puy-en-Velay énumère le plan de sauvetage des petites lignes ferroviaires (264 millions d'euros en quatre ans pour 830 kilomètres), les routes, la sécurisation des lycées et l'aide aux communes pour se doter de systèmes de vidéo-surveillance, la relance des opérations dans le numérique.. .

A ce propos l'exécutif régional espère récupérer en décembre l'ancien siège de l'institution régionale à Charbonnières ayant fait l'objet d'une promesse de vente aux promoteurs Brémont et FRG. Objectif ? Concrétiser le projet de campus dédié au numérique.

Développement économique

En 2017 Auvergne-Rhône-Alpes à l'instar des autres régions absorbera de nouvelles dépenses et recettes liées aux transferts de compétences inscrits dans la loi NOTRe en matière de développement économique et dans les domaines agricole et du tourisme (partiellement). En effet, la réforme confère aux régions la responsabilité exclusive de la définition sur leur territoire des orientations dans le registre économique.

Lire aussi : Fusion Ardi/Arde : le nouvel outil économique d'Auvergne Rhône-Alpes

Selon les chiffres communiqués, les budgets cumulés des départements d'Auvergne-Rhône-Alpes à ce titre sont comptabilisés à hauteur de 102 millions d'euros :

"La région montera à 60 millions d'euros* quand l'Etat nous attribuera une compensation de 45 millions d'euros. Les départements garderont entre 50 et 70 % de leurs interventions", avise Laurent Wauquiez. "En Auvergne-Rhône-Alpes nous avons la volonté de travailler en commun, sans rivalité".

Taxe sur les cartes grises

Nonobstant la poursuite de la fonte des dotations de l'Etat amputées de "52 millions en 2017", Laurent Wauquiez ne reniera pas sa promesse et n'augmentera pas la fiscalité. Il s'agit en l'occurrence de la taxe sur les cartes grises. A ce propos le président fait observer que la convergence entre les deux régions d'origine s'est faite sur la taxe la moins chère  : à savoir les 43 euros, le cheval-vapeur appliqué en Rhône-Alpes.

* Selon le projet du budget 2017 dont les orientations seront soumises à débat ce 17 novembre.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 15/11/2016 à 20:13 :
Je connaissait Blablacar!
Maintenant il y a Blablalaurent.
Il ne suffit pas d'être grand pour penser avoir de bonne idée!! Il faut être intelligent! Mais la c'est rate.....
a écrit le 15/11/2016 à 14:10 :
C'est mieux que rien, mais on est loin du compte

Pour faire simple, il se gargarise de ne pas augmenter les impôts malgré la traîtrise de l'état qui diminue ses transferts ... et alors ? Vu de notre coté, on crache toujours autant au bassinet

Il parle d'économies mais explique qu'il va immédiatement re-dépenser le peu qu'il aurait réussi à sauver (si vous y aviez cru, c'est raté).

On ne parle pas de désendettement, pas d'effectifs des collectivités "regroupées" Auvergne/Rhone/Alpes, on nous enfume avec des mesurettes idéologiques ou populistes ... bref pas grand chose de crédible.

Et les impôts locaux, taxe d'habitation et foncier qui asphyxient la population, on les baisse quand ?

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :