Vers la fin de la libre-circulation avec la Suisse ?

 |   |  484  mots
(Crédits : Reuters)
La votation "Contre l'immigration de masse" de 2014 contraint la Suisse à revoir ses relations avec l'Union Européenne d'ici février 2017... et à faire peser l'incertitude sur son accueil des travailleurs frontaliers.

La Suisse ne se limitera pas à réduire les quotas de travailleurs non-européens. Les Européens, dont les frontaliers, seront aussi concernés par des mesures restrictives, que le Conseil fédéral n'a...

Article réservé aux abonnés

Achetez l'article
Pour
5.00TTC
J'achète
Vous n'êtes pas abonné ? Abonnez-vous
Accéder
Déjà inscrit ou abonné ? Connectez-vous
Se connecter

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 07/09/2016 à 2:14 :
Je cite:"Comme au Royaume-Uni, ce sont des régions peu concernées par l'immigration qui ont le plus voté pour la limiter"
Cet argument est un grand classique. Les populations vivant éloignées des zones à fortes immigrations sont plus hostiles que celles qui côtoient les nouveaux arrivants.
L'explication donnée est en général: conséquence de l'ignorance, si ils vivaient dans ces banlieues ils changerait surement d'avis etc...
Il y a juste un petit soucis de logique dans ce raisonnement, on oublie complètement que les populations issues de l'immigration récente représentent une part très importante des habitants d'agglomérations comme Londres et Paris, et vont logiquement soutenir des politiques ou mesures pro-immigration ou pro-mondialisation.
Selon les journalistes du Times (recensement de 2011 à Londres) la ville compte 8,2 millions d'habitants dont 3 millions nés hors RU, soit 36% des londoniens.Et ses 40 dernières années le nombre de londoniens nés au RU a chuté d'un million.
Il y a donc même un exode important de londoniens né au RU, qui partent s'installer dans les campagnes ou s'expatrient.
Je ne comprends pas que l'on utilise cet argument régulièrement.C'est une manière de dire au gens vivant dans les campagnes, zones souvent désindustrialisées et pauvres, qu'ils votent mal, et que si ils étaient un peu plus ouverts ils feraient comme leurs voisins des villes. Mais comme je l'ai plus ou moins montré plus haut l'argument ne tient pas.
En quoi est-il surprenant que Londres vote contre le Brexit (qui mène vers une politique d'isolation) quand 36% de sa population est née à étranger et que les campagnes anglaises votent Brexit. Il n'y a même pas besoin de faire de faire intervenir les facteurs économiques comme le font souvent les spécialistes sur le Brexit et l'Angleterre.
a écrit le 06/09/2016 à 21:11 :
Pourquoi ne pas instaurer des droit de douanes plus importants et le passeport pour les Suisses venant en France, ils ne sont pas dans l'Europe.
Réponse de le 07/09/2016 à 9:29 :
Vous n'avez pas lu l'article, hein? Le problème est de pouvoir également accueillir des NON-européens. Si la France avait 33% de travailleurs non-Français, elle aurait voté FN depuis belle lurette...
a écrit le 06/09/2016 à 17:54 :
Taxer les produits made in Suisse !
a écrit le 06/09/2016 à 17:07 :
On croirait que certains repartent dans la petite gué-guerre pour la possession du lac de Constance!...Pauvres Vieux!...Revenez au 21ème siècle!...

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :