Lyon accueillera la Chambre régionale d'agriculture

 |   |  727  mots
(Crédits : DR)
Selon les récentes déclarations du préfet de région Michel Delpuech, la Chambre d'agriculture Auvergne-Rhône-Alpes devrait effectivement s'implanter à Lyon. Cette décision est loin de faire l'unanimité à Clermont-Ferrand.

L'installation de la Chambre régionale d'agriculture Auvergne-Rhône-Alpes à Lyon semble inéluctable. Ce lundi 11 janvier, le préfet de Région Michel Delpuech a expliqué au quotidien La Montagne qu'il devrait "assez vite" valider ce choix, ajoutant qu'il voyait mal "au nom de quoi il s'y opposerait".

La journée décisive du 17 décembre 2015

En effet, cette décision a été validée dès le 17 décembre 2015 par la Chambre elle-même. Ce jour-là, les membres élus des cinq collèges des chambres régionales d'agriculture d'Auvergne et de Rhône-Alpes se sont réunis à Saint-Étienne (Loire) pour l'installation de la nouvelle structure, issue de la fusion des deux chambres régionales préexistantes. Ils ont voté l'implantation du siège à Lyon, "au plus près des instances régionales de décision".

Gilbert Guignand (FRSEA Auvergne) a été élu président de la nouvelle Chambre régionale d'agriculture, avec Jean-Luc Flaugere (FRSEA Rhône-Alpes) en tant que Premier vice-président (également président de l'antenne ardéchoise). Le bureau est également composé des présidents des chambres départementales (membres de droit), du président et d'un représentant de la Haute-Savoie. Au total, la chambre régionale est composée d'un réseau de 11 chambres départementales et interdépartementales.

L'implantation à Lyon ne fait pas l'unanimité

Ce vote - qui s'est tenu à bulletin secret -, a sensiblement irrité René Souchon. L'ex-président du conseil régional d'Auvergne avait alors adressé un courrier au préfet de la région Rhône-Alpes pour s'indigner de ce qu'il a qualifié de "camouflet pour l'Auvergne", argumentant que la Draaf (Direction régionale de l'alimentation, de l'agriculture et de la forêt) est basée à Clermont-Ferrand, tout comme le siège de l'Inra, le semencier Limagrain et de nombreuses entreprises agroalimentaires.

René Souchon a également dénoncé l'attitude des responsables professionnels agricoles issus des rangs de la FNSEA.

"Je constate que les pourparlers au sein de ce syndicat ont amené à choisir un élu rhônalpin pour présider aux destinées de la FRSEA. En monnaie d'échange, il a été décidé qu'un Auvergnat, en l'occurrence l'actuel président de la chambre d'agriculture d'Auvergne (Gilbert Guignand), serait quant à lui à la tête de la chambre régionale d'agriculture", estimait alors l'ancien élu socialiste.

"Des marchandages excluant tout débat de fond sur le sujet"

Sébastien Gardette, jeune président de la chambre d'agriculture du Puy-de-Dôme s'est dit "étonné", à l'instar de ses collèges de la chambre qu'il préside, "d'un déroulé de séance tendancieux, mené par des marchandages et excluant tout débat de fond sur le sujet."

Selon Sébastien Gardette, dès le mois de juin, la chambre d'agriculture du Puy-de-Dôme a saisi le gouvernement, les parlementaires, le président du conseil régional d'Auvergne et le préfet préfigurateur pour demander la création d'un pôle Agriculture et Forêt à Clermont-Ferrand :

"Nous avons voté à l'unanimité pour soutenir ce projet de pôle agricole lors de sa session du 15 septembre. Nous avons également délibéré à l'unanimité en faveur de l'implantation des sièges des organismes professionnels agricoles dont celui de la Chambre régionale d'agriculture à Clermont-Ferrand. C'est dans cet esprit que, lors de la session d'installation de la chambre régionale d'agriculture à Saint-Étienne le 17 décembre, les élus de la chambre d'agriculture du Puy-de-Dôme ont voté unanimement pour le maintien du siège à Clermont-Ferrand."

Le nouveau président Gilbert Guignand explique "regretter qu'il y ait eu autant de polémique autour de cette décision. D'autant qu'une grande partie des effectifs de la Chambre seront dans les départements, et que nous ne déplaçons aucun personnel. Ceux qui étaient à Lyon restent à Lyon, ceux qui étaient à Clermont-Ferrand resteront à Clermont-Ferrand".

Une représentation discutée

La Confédération paysanne dénonce de son côté "la surreprésentation des membres de la FRSEA dans les chambres départementales", et avait proposé André Bouchut comme candidat à la présidence de la Chambre régionale.

"Bien qu'ayant recueilli presque 25% des voix, la porte du bureau est restée fermée. Nous ne pouvons que constater une nouvelle fois le manque d'ouverture et de prise en compte de l'agriculture dans sa diversité", commente André Bouchut, porte-parole de la Confédération paysanne Rhône-Alpes.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :