Grenoble : un budget 2016 d'un nouveau genre ?

 |   |  575  mots
(Crédits : ML)
Moins d'un mois après avoir décrété une journée de fermeture des services publics pour alerter les citoyens sur les finances de la ville, le maire EELV de Grenoble Eric Piolle a présenté aux côtés de son équipe le budget 2016. Le maire s'engage notamment à ne pas augmenter les impôts locaux, mais mise sur des économies dans plusieurs domaines.

Un budget nouveau, difficilement comparable à celui de 2015. Tel est le message qu'ont voulu faire passer le maire de Grenoble Eric Piolle et son équipe jeudi, à travers la le dévoilement du second budget de leur mandature, quelques jours avant sa présentation devant le conseil municipal, prévu lundi 21 décembre.

344 millions d'euros pour 2016

Ce budget global, qui atteint les 344 millions d'euros (contre  341 millions d'euros en 2015) comprend des dépenses de fonctionnement de 256 millions d'euros et 88 millions d'euros de dépenses d'investissement (dont 800 000 euros ont été réservés aux 9neuf projets sélectionnés par les citoyens, dans le cadre d'une campagne de budget participatif).

"C'est un budget difficilement comparable en plusieurs points", a nuancé l'adjoint aux finances, Hakim Sabri. Tout d'abord parce que la création de la métropole grenobloise, au 1er janvier 2015, se poursuit cette année par un transfert de compétences et de charges de 13 millions d'euros, mais aussi en raison de plusieurs changements de périmètre, avec notamment la mutualisation entre le CCAS et la ville, la création d'une régie lumière, la dissolution du groupement d'intérêt économique (GIE) Agir ainsi que la reprise de la gestion directe du Palais des Sports par la ville. Eric Piolle rappelle toutefois que l'investissement, chiffré à 45,6 millions d'euros, se fera à périmètre constant par rapport à 2015.

Où seront faites les économies ?

Si l'on retrouve, dans les grandes lignes, une stabilisation de la masse salariale, le maintien de l'enveloppe du CCAS ainsi que l'engagement de ne pas augmenter les impôts, des économies ont dû se faire ailleurs en raison de la baisse des dotations de l'état, qui ampute encore le budget municipal de six millions d'euros cette année.

Lire aussi : Grenoble, prochaine ville sous tutelle ?

Les principaux postes touchés ? Les subventions aux associations, qui diminuent de 0,7 millions d'euros (22,9 millions d'euros), ainsi que les dépenses de fonctionnement et les charges courantes qui devront être réduites de 1,9 millions d'euros. Le soutien à l'action économique, entièrement transféré à la métropole, ne pèsera plus que 1% du budget de la ville. "Nous avons choisi de ne pas faire de doublons ni de concurrence. Ce qu'il reste sont des queues de projet", précise M. Piolle. Son adjoint à l'urbanisme, Vincent Fristot, précise que la commande publique atteindra toutefois les 30 millions d'euros au total.

Un niveau d'investissement maintenu

Près de 3,7 millions d'euros seront notamment répartis entre les projets de la Presqu'île, de Bouchayer-Viallet et du quartier Flaubert, tandis que 2,2 millions d'euros seront investis pour la rénovation du pôle d'échanges de la gare. Des travaux de rénovation urbaine sont prévus à hauteur de 4,5 millions d'euros dans les quartiers Teisseire, Chatelet, Mistral, et Villeneuve. "Nos trois grands champs d'investissements se situeront à hauteur de 12 millions d'euros dans le patrimoine communal, de 13 millions d'euros dans le quotidien des grenoblois -budget participatif, espaces publics, etc...- et 8 millions d'euros pour l'action dans des projets d'urbanisme", a ajouté le maire.

Conséquence de cette situation où les finances de la ville restent contraintes, l'encours de dette de la ville augmentera "de 5 millions d'euros au maximum". Pour l'adjoint aux finances, Hakim Sabri, la valeur de l'épargne nette, qui ne baisse "plus que de 1,15 millions d'euros" en 2016 -tandis qu'elle chutait de 4,3 millions d'euros en 2014 et de 6 millions d'euros en 2015-, constituerait le signe "que les efforts entrepris par la nouvelle équipe commencent à infléchir cette courbe".

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :