A Lyon, la polémique sur un pôle santé à l’Hôtel Dieu n’est pas finie

 |   |  511  mots
Le futur Hôtel Dieu rénové n'inclut pas pour l'instant de PRPS ©Eiffage-AIA Constantin-B Repellin
Le futur Hôtel Dieu rénové n'inclut pas pour l'instant de PRPS ©Eiffage-AIA Constantin-B Repellin (Crédits : DR)
Les débats ne sont pas terminés autour de l’Hôtel Dieu de Lyon. Profitant de la dernière ligne de droite de la campagne des municipales, le collectif citoyen pour un pôle régional de promotion de la santé (PRPS) est remonté au créneau.

Dans le projet de reconversion de l'Hôtel-Dieu, c'est un peu le serpent de mer. A quelques jours du scrutin du 23 mars, le collectif pour un pôle régional de promotion de la santé (PRSPS) a souhaité relancer le débat par une lettre ouverte aux candidats sur son blog.

Un engagement ancien

L'idée de ce pôle régional a germé, en fait en 2009, auprès de différents acteurs de la prévention en santé publique. Ce PRPS regrouperait en un même lieu et sur 2000m2, un espace d'exposition grand public, un centre de formation et de documentation, un espace d'échange et de mutualisation pour les associations voire un laboratoire de recherche. « Sa localisation à l'Hôtel Dieu permettrait d'avoir une résonance avec plusieurs siècles d'histoire médicale du lieu. Sa centralité offrirait à toutes les populations concernées un accès au pôle » estime le collectif.

Le PRPS est supporté à l'époque par plus de 10 000 pétitionnaires et avait reçu un soutien financier de la région Rhône-Alpes. « Mais le PRPS était un engagement de campagne de Gérard Collomb en 2008 » rappelle aussi Jean-François Valette, coordinateur du collectif.

Projet en panne

En 2010, le groupe Eiffage était désigné pour la reconversion de l'Hôtel-Dieu. Un projet tourné vers le haut de gamme avec un hôtel cinq étoiles sur 17 000 m2, des commerces, un centre de congrès, des restaurants, avec depuis mardi l'annonce de l'implantation en 2017 d'une brasserie Bocuse. D'ici la livraison prévue dans trois ans, les projets sont encore nombreux à vouloir intégrer ce site emblématique, comme la cité de la gastronomie et le fameux pôle régional de santé et de prévention.

Ce projet est pourtant en panne depuis plusieurs mois. Aujourd'hui les porteurs sont amers. « Il a manqué un leadership politique sur la question. En cédant au privé, Collomb s'est lié les mains » souligne Jean-François Valette qui se dit « triplement déçu » par le maire, la région Rhône-Alpes et Eiffage. Le collectif dit ne plus avoir de contact avec le promoteur depuis fin 2013. Les discussions ont bloqué sur le prix des loyers. Les associations espéraient 100 euros du m2, le prix proposé atteindrait le triple.

Enjeu global de santé publique

Dans le cadre de la campagne plusieurs candidats ont exposé leur idées pour l'Hôtel Dieu avec un projet très similaire au PRPS pour Aline Guitard, candidate Front de Gauche ou le candidat centriste Eric Lafond. D'autres comme Etienne Tête (EELV) ou Michel Havard (UMP-UDI) apportent leur soutien à l'idée du PRPS mais aucun candidat n'a fait de proposition chiffrée.

A quelques jours du scrutin les promoteurs du PRSP ont le sentiment de tirer leurs dernières cartouches. « Nos élus n'ont pas conscience de l'enjeu global de santé public » déplore Jean-François Valette. « Sans prise de conscience de l'importance de la prévention, on court le risque d'avoir une explosion de nouvelles pathologies et une explosion de notre système de sécurité sociale ».






Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 22/03/2014 à 17:27 :
Enfin un thème de campagne lié à une question clé d aujourd'hui pour préparer un avenir collectif

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :