Lyon-Turin : l’indépendance de l'enquêteur public Philippe Gamen remise en question

 |   |  754  mots
(Crédits : Capture Youtube 8 MontBlanc)
Alors que le gouvernement français a mis sur pause le chantier du Lyon-Turin, la liaison ferroviaire sera une nouvelle fois au cœur du sommet franco-italien cette semaine à Lyon. Et si les questions économiques et environnementales seront abordées, elles ne pourront pas masquer l’actualité judiciaire du dossier, ni les questionnements qui sèment le doute sur les conclusions de l’enquête publique réalisée en 2012. Premier volet de notre enquête consacrée à deux figures savoyardes de ce projet controversé.

Le 3 octobre, le tribunal administratif de Lyon se penchera sur une requête de deux opposants au Lyon-Turin, Noël Communod et Daniel Ibanez. Ils remettent en cause l'indépendance d'au moins deux...

Article réservé aux abonnés

Achetez l'article
Pour
5.00TTC
J'achète
Vous n'êtes pas abonné ? Abonnez-vous
Accéder
Déjà inscrit ou abonné ? Connectez-vous
Se connecter

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 25/09/2017 à 19:50 :
Extraordinaire, c'est Daniel Ibanez qu'on n'a jamais vu dans une réunion autre que le Lyon-Turin depuis que le projet en 2012 passe à coté de sa propriété, qui a été le représentant d'une alternative bidon au Lyon-Turin, les wagons motorisés R-SHIFT-R qui a bénéficié de 470 000 euros de subvention pour une étude technique réalisée par un stagiaire de l'INSA qui attaque un commissaire enquêteur, actuellement Président du Parc des Bauges et ancien président du Conservatoire d'espaces naturels de Savoie.
Comment se fait-il que la FRAPNA et FNE signent encore des communiqués avec ce sinistre personnage ?

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :