Préférence locale : Laurent Wauquiez use de la ruse

 |   |  514  mots
La préférence locale était l'une des promesses de campagne de Laurent Wauquiez.
La préférence locale était l'une des promesses de campagne de Laurent Wauquiez. (Crédits : Laurent Cerino/ADE)
Le président de la région Auvergne Rhône-Alpes, Laurent Wauquiez, a annoncé ce lundi vouloir mettre en place une préférence locale dans l'attribution des chantiers financés par la Région. Une première en France. Pour ce faire, le numéro deux des Républicains assume "ruser avec le code des marchés publics".

A l'Ecole Centrale de Lyon, un chantier dure depuis plus d'un an : la construction du laboratoire Tribologie et mécanique des matériaux. Sur cet espace de 3 200 m², seront réunis chercheurs et étudiants dès la rentrée 2016. Et pour que ce bâtiment voie le jour, l'ancienne région Rhône-Alpes a participé à hauteur de 3,5 millions d'euros.

Toutefois, pour les chantiers à venir, les règles d'attribution des subventions pourraient bien changer, a annoncé ce lundi Laurent Wauquiez. Le président d'Auvergne Rhône-Alpes souhaite ainsi mettre en place "une préférence locale sur les chantiers pour que ces derniers bénéficient à nos entreprises."

Objectif 90 % d'entreprises locales

Pourtant, le code du marché public interdit d'attribuer des contrats sur la base de la préférence locale. Alors, Laurent Wauquiez assume "ruser avec le code des marchés publics".

Par exemple, lors de la commande publique, une clause environnementale fixant un seuil d'émission de CO2 relativement bas peut être insérée. Lors de l'analyse des dossiers, les entreprises locales seront de fait avantagées. L'objectif est d'aboutir à "90 % d'entreprises locales sur les chantiers" en Auvergne Rhône-Alpes.

Autres clauses d'attribution

Mais la localité ne sera pas la seule clause d'attribution des marchés et des subventions. Le président de la Région souhaite également favoriser les entreprises qui emploient des apprentis dans leur accès aux marchés publics.

Les entreprises choisies devront par ailleurs s'engager à ne pas employer de travailleurs détachés, dans un contexte où le Premier ministre Manuel Valls, a menacé de ne plus appliquer la directive sur les travailleurs détachés si les pays membres de l'Union européenne ne s'entendent pas sur un alignement "par le haut".

Sans attendre la menace gouvernementale, des contrôles, au cours desquels les salariés de la Région viendront examiner les chantiers, seront ainsi mis en place.

"On remet de l'argent dans le BTP, mais la contrepartie que l'on attend c'est de ne pas avoir de travailleurs détachés sur les chantiers de la Région."

Laurent Wauquiez annonce également vouloir contrôler systématiques les offres trop basses.

Chiche ?

Mais cette exigence n'est pas seulement fixée pour les chantiers financés directement par la Région (400 millions d'euros par an), mais aussi par ceux financés indirectement (900 millions d'euros par an). Mais alors, comment appliquer ces nouvelles règles quand la Région est seulement partenaire d'un projet ?

"L'avantage est que ces projets veulent notre argent, répond Laurent Wauquiez. Et donc, ils appliquent les mêmes règles que nous. Prenons l'exemple de la Cité de la Gastronomie : si la Métropole veut l'argent de la Région, elle applique notre code des marchés publics."

Lire aussi : La Cité de la gastronomie en quête de financeurs

Auvergne Rhône-Alpes est ainsi la première Région française à mettre en place la préférence locale. Et compte bien ne pas reculer. Il lance même un "chiche au gouvernement" pour qu'il accompagne la Région à avancer sur ces sujets.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 09/07/2016 à 12:39 :
Bravo Laurent pour vos initiatives qui vont, pour l'instant, toutes dans le bon sens. Pour répondre à l'interpellation de Gil à propos des investisseurs, ils peuvent être internationaux, aucun problème, cela montre que le monde est confiant dans l'esprit d'entreprendre de notre tissu régional. il faudrait cependant fixer le seuil maximum de 49% du capital détenus par des fonds étrangers afin que nous restions maîtres du destin de nos emplois et de nos stratégies. Cela se pratique dans de nombreux pays (nottament les pays du golfe) et permet à chacun de rester souverain. Enfin pour ce qui est de la main d'oeuvre, le fait que les investisseurs, minoritaires ou possiblement majoritaires à l'heure actuelle, soient à l'autre bout de la planète n'empèche pas de les contraindre à employer de la main d'oeuvre locale...
Laurent, restez bien en Auvergne-Rhône-Alpes, nous avons besoin de vous et sommes nombreux derrière vous....
a écrit le 06/07/2016 à 13:05 :
Et qu'en sera t il lorsque des investisseurs étranger, ce qui pourrait être le cas pour la cité de la gastronomie ou des investisseurs Chinois ont été sollicités par G Collomb, participeraient à un projet à hauteur bien supérieur à la région? Une préférence locale sera t elle exigée pour ces investisseurs? Que fait on dans le cas des investisseurs étrangers tant recherchés? Cela pourrait il être exigé sur la base de la clarté et où de la transparence de l'origine des fonds? Reconnaissons cependant que cette préférence locale trouve effectivement une justification lorsqu'il s'agit d'empreinte carbone...Mais je doute fort que la motivation écologique anime L Wauquiez.
a écrit le 06/07/2016 à 13:03 :
Et qu'en sera t il lorsque des investisseurs étranger, ce qui pourrait être le cas pour la cité de la gastronomie ou des investisseurs Chinois ont été sollicités par G Collomb, participeraient à un projet à hauteur bien supérieur à la région? Une préférence locale sera t elle exigée pour ces investisseurs? Que fait on dans le cas des investisseurs étrangers tant recherchés? Cela pourrait il être exigé sur la base de la clarté et où de la transparence de l'origine des fonds? Reconnaissons cependant que cette préférence locale trouve effectivement une justification lorsqu'il s'agit d'empreinte carbone...Mais je doute fort que la motivation écologique anime L Wauquiez.
a écrit le 06/07/2016 à 9:26 :
Quel est l'intérêt de publier tous les deux trois jours un article sur Wauquiez ? Sur les politiciens de façon générale d'ailleurs, ils ne sont plus qu'impostures.
Réponse de le 09/07/2016 à 12:45 :
Bonjour citoyen blasé,
chacun de nous à une multitude de choses a dire sur une multitude de sujets. Laurent WAUQUIEZ a choisi d'utiliser les réseaux sociaux qui nous permettent de communiquer sans le filtre des médias traditionaux, des journalistes, et autres résdactions qui décortiquent, interprètent, sortent de leur contexte, arrangent à leur sauce ce que dit untel ou untel (et cela est valable pour toutes les tendances politiques).
ici vous pouvez vous faire une opinion, donner votre avis, être interpellé (dans un ton respectueux bien entendu) et je trouve cela bénéfique.
je déplore que 99% du contenu des réseaux sociaux soit débile et débilisant mais c'est a chacun d'entre nous de relever le niveau, à sa modeste échelle.
excellent dimanche à vous
a écrit le 05/07/2016 à 19:23 :
Définir une clause environnementale et lui attribuer une pondération importante n'est pas "ruser", c'est conforme au code des marchés et c'est bien.
a écrit le 05/07/2016 à 11:34 :
Laurent Wauquiez, a annoncé ce lundi vouloir mettre en place une préférence locale dans l'attribution des chantiers financés par la Région ...

pour alimenter le financement occulte des micros-partis politiques avec les dessous de tables lors des grins grins

un grand spécialiste, gros grinsgrins pour micros-partis

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :