Vers une pénurie de logements neufs à Lyon

 |   |  611  mots
(Crédits : REUTERS/Jean-Paul Pelissier)
L'augmentation des ventes a entraîné une baisse des stocks de logements neufs sur l'agglomération lyonnaise. Les perspectives sont d'autant moins positives que les promoteurs attendent de connaitre les nouvelles dispositions du Plan local d'urbanisme et de l'habitat pour lancer de nouveaux programmes.

2017 est à peine commencée que déjà les promoteurs immobiliers anticipent une année délicate entre Saône et Rhône et sur toute l'agglomération lyonnaise. Et pourtant ce ne sont pas les acquéreurs qui manquent. La cause de ces difficultés réside dans l'incertitude liée à la mise en œuvre du nouveau plan local de l'urbanisme et de l'habitat (PLU-H) qui ne sera voté qu'en fin d'année.

"Il faudra que ce document soit capable de répondre aux exigences du marché", résume Hervé Simon, le nouveau président de la Fédération des Promoteurs Immobiliers (FPI) de la région lyonnaise.

Ainsi, les promoteurs locaux s'interrogent notamment sur des dispositions les obligeant à produire des logements de taille minimale ou à inclure dans leurs programmes plus de grands appartements que de petits, alors que les petites surfaces se vendent mieux que les grandes. Lors de la présentation du bilan des ventes 2016, Michel le Faou, vice-président à l'urbanisme et au logement de la Métropole et de la ville de Lyon a bien tenté de les rassurer en leur certifiant qu' "à Lyon, aucune obligation ne sera faite, simplement des recommandations", les questions demeurent. Et en attendant, la demande explose.

Un nouveau record

Ainsi, l'an dernier, les ventes de logements neufs ont atteint 6 726 unités sur le territoire métropolitain lyonnais. Du jamais vu, puisque ces transactions progressent de 17 % par rapport à 2015 qui était déjà une année record. Sur ce point, les acteurs du logement ne cachent pas leur satisfaction, d'autant que le marché semble pouvoir compter sur les investisseurs de retour après des années 2012, 2013 et 2014 difficiles.

"L'an dernier les utilisateurs ont signé 33,4 % des ventes, les ventes en blocs ont atteint 19.7 % et les ventes aux investisseurs 46,9%", analyse Jean-Jacques Mathias, président du CECIM (Centre d'Etudes de la Conjoncture Immobilière). Revers de la médaille, les réservations soutenues pèsent sur le stock qui n'est plus que de 7 192 logements sur l'aire urbaine de Lyon, soit un peu plus de 7,5 mois de ventes si le rythme de commercialisation observé en 2016 se poursuit.

A Lyon et Villeurbanne, le stock a baissé de près de 30 % en un an et les promoteurs n'ont désormais que de quoi satisfaire leurs clients pour six mois. "Cela va commencer à créer des tensions sur les prix", anticipe Hervé Simon.

Les prix sur la pente ascendante

Et force est de constater que les faits plaident en faveur de cette analyse. Alors qu'ils avaient légèrement baissé en début d'année dernière, depuis juin la courbe s'inverse. A fin décembre, le prix moyen du mètre carré s'établissait à 4 116 euros dans la Métropole, alors qu'en janvier 2015, il était de 3848 euros.

Certes, quelques programmes dans l'hyper-centre et le sixième arrondissement tirent cette moyenne vers le haut, mais la tendance est bien là. "C'est une inquiétude et les incertitudes liées au nouveau PLU-H ne font que l'accroître ", observe Louis Ziz, président de la FPI jusqu'en décembre dernier.

Sans compter que les coûts de construction semblent eux aussi s'orienter à la hausse ces derniers mois. Ajouter à cela, la hausse des taux d'emprunt et d'autres incertitudes liées aux échéances électorales nationales et au renouvellement ou pas des dispositifs de défiscalisation, voilà tous les ingrédients sont réunis pour que les promoteurs soient prudents pour 2017. "Le marché de 2017 ne se maintiendra que si les opérateurs ont la capacité à contenir la hausse des prix, si le retour de l'offre est suffisant et si le PLU-H est en mesure de répondre aux besoins du marché", prévient Hervé Simon.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :