Le centre anti-cancéreux Léon Bérard en quête de 3 millions d'euros

 |   |  555  mots
(Crédits : Laurent Cerino/ADE)
Le centre anticancéreux Léon Bérard lance pour la première fois un appel aux dons pour équiper trois étages de laboratoires de recherche. A la clé, de nouveaux espoirs dans la lutte contre la maladie dans les diagnostics et les traitements innovants.

Trois millions d'euros sur trois ans. C'est l'objectif de l'appel aux dons inédit, lancé par le centre anticancéreux Léon Bérard (CLB) mardi à Lyon. Cette somme est nécessaire pour achever l'équipement des trois derniers étages du bâtiment de recherche "Cheney B"*. Faute de moyens financiers suffisants, ils sont actuellement vides.

Il s'agit du site de recherche, le plus récent du CLB, l'un des 20 centres anti-cancer de l'Hexagone. À la fois hôpital et pôle de recherche d'excellence en cancérologie, c'est la première fois que Léon Bérard lance une telle campagne de dons, dans un contexte où il est de plus en plus difficile d'obtenir des fonds, et où l'État est de moins en moins présent.

Un effet accélérateur

"Même si le contexte avait été idéal, nous aurions quand même initié cette démarche. Nos soutiens habituels ne sont pas défaillants, mais il s'agit d'aller vite. Nous avons besoin d'accélérer et de franchir une étape dans nos domaines de recherche", explique Jean-Yves Blay, directeur du centre Léon Bérard ,qui rappelle que les budgets de la branche hospitalière (déficitaire NDLR) et de la branche recherche sont totalement distincts.

Dédié à la médecine personnalisée et la recherche dite de transfert, le bâtiment "Cheney B" a vocation de rapprocher la recherche fondamentale de la recherche clinique. "C'est une opportunité pour réduire les délais entre les découvertes issues de la recherche fondamentale et les applications médicales qui peuvent directement bénéficier aux patients", précise Patrick Mehlen, directeur de la recherche et du transfert d'innovation au centre Léon Bérard.

20 à 25 % des patients du CLB bénéficient actuellement de traitements innovants issus de la recherche. Avec cette levée de fonds, l'objectif est à terme d'atteindre les 50 %. Les malades pourront également bénéficier de traitements ciblés grâce à la médecine personnalisée. Elle permet de traiter chaque patient de façon individualisée en fonction des spécificités génétiques et biologiques de sa tumeur.

1,5 million d'euros espéré des entreprises

Le CLB vise 1,5 million d'euros via le grand public et ses donateurs habituels (Arc, Ligue contre le cancer, etc.), l'autre moitié par le biais d'entreprises.

"Le monde économique doit être proche de projets généreux comme celui-là. Les outils existent notamment avec le mécénat", souligne Emmanuel Imberton, président de la CCI de Lyon et du comité de campagne pour cette initiative. "Ce rapprochement entre recherche fondamentale et clinique prend également tout son sens avec l'écosystème des biotechs à Lyon et dans la région", ajoute-t-il.

Les nouvelles équipes de recherche qui s'installeront dans les trois étages vacants contribueront également à accentuer le rayonnement international du Centre Léon Bérard, qui veut également attirer davantage de startups de la santé dans son giron. 1 500 personnes, dont 400 chercheurs, de 28 nationalités, travaillent au sein du centre et 29 000 patients sont traités annuellement dans le centre. En Rhône-Alpes, le cancer représente 28 000 nouveaux cas par an et 12 500 décès.

*Le coût total du bâtiment "Cheney B" est évalué à 14,5 millions d'euros, dont 7,5 millions d'euros en fonds propres du CLB et 7 millions de la région Rhône-Alpes.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :