Grand stade de l'OL, la folie des grandeurs ?

 |   |  1486  mots
(Crédits : Laurent Cérino/ADE)
Si l'Olympique Lyonnais retrouve les couleurs de la tête du championnat de Ligue 1 de football, sa trésorerie reste toujours au rouge. Maigre consolation pour son président Jean-Michel Aulas, dont le club, et lui-même, est endetté à hauteur de 400 millions d'euros pour le financement du nouveau stade, de Décines. Acteurs de l'économie-La Tribune revient cette semaine sur les enjeux de ce projet unique en France qui suscite crispations, inquiétudes et doutes.

Le 29 janvier 2016, l'Olympique Lyonnais entrera dans le cercle restreint des grands clubs de football européens, avec la mise en service de son nouveau stade de 58 215 places, installé sur la commune de Décines-Charpieu, non loin de Lyon. Un équipement dont le club présidé par Jean-Michel Aulas sera entièrement propriétaire à l'instar d'Arsenal ou du Bayern Munich.

100% en gestion privée

Le Stade des lumières, baptisé ainsi avant d'y adosser le nom d'un partenaire privé, sera alors le seul en France à bénéficier d'une gestion 100 % privée, opérée par l'OL, qui de fait, récoltera l'ensemble des recettes générées. Rompant ainsi avec la tradition française des partenariats publics/privés (PPP) où les collectivités se retrouvent propriétaires de l'enceinte et les clubs, locataires des lieux.

« On se rend compte qu'aujourd'hui ce n'est pas le meilleur financement. C'est un mécanisme très cher pour la collectivité et peu avantageux pour les clubs », souligne Bruno Belgodère, directeur finance et marketing de l'Union des clubs professionnels de football (UCPF), ces derniers ne pouvant avoir la maîtrise de la structure et bénéficier de la totalité des recettes, impactant leur gestion et leur développement.

En plein âge d'or de son équipe septuple championne de France de Ligue 1, de 2002 à 2008, Jean-Michel Aulas souhaite donc avoir son propre stade, Gerland, propriété de la Ville de Lyon, ne répondant plus aux ambitions du nouveau projet (sportif, immobilier, financier) de l'OL et de l'homme, entrepreneur et fondateur de l'éditeur de logiciels Cegid.

Un projet pharaonique

Une volonté marquée d'une certaine appétence, non dissimulée, de mener son club dans la cour des grands. Un projet unique, conforté dans sa réalisation par l'organisation de l'Euro 2016, et les recommandations des différents rapports établis par Éric Besson, Philippe Seguin, Daniel Costantini et David Douillet sur les grandes infrastructures sportives préconisant de « créer un environnement propice aux initiatives de construction de stade, qu'elles soient publiques ou privées ».

Mais un projet pharaonique financé par l'OL, pour l'ensemble de l'enceinte, à hauteur de 405 millions d'euros, qui n'aurait pu sortir de terre sans un soutien et financement public d'une hauteur de 200 millions d'euros, pour les équipements (parkings relais) et dessertes.

Schneider Electric naming du Grand Stade

Un montant que les opposants de l'association Déplacements citoyens estiment sous-évalué au regard des investissements demandés au Syndicat mixte des transports pour le Rhône et l'agglomération lyonnaise (Sytral), qui devrait, selon leur document très détaillé, plutôt se rapprocher « des 400 millions d'euros, pour un projet global privé/public à 800 millions d'euros » contre 618 officiellement. Argument contesté par la Métropole qui démontre que le projet du grand stade est « 100 % privé avec une intervention de l'Agglomération nécessaire comme dans tout autre projet ».

"Il y aura un avant et un après Décines"

Toujours est-il qu'avec son grand stade, l'Olympique Lyonnais voit grand, très grand. La holding de Jean-Michel Aulas, la Foncière du Montout, rachètera 50 hectares à un prix dérisoire, dans le but de réaliser le projet.

Le président le dit lui-même : « Il y aura un avant et un après Décines. » Trois millions de visiteurs annuels - soit moitié plus qu'annoncé à l'origine du projet -, 58 000 spectateurs (la moyenne étant de 32 000 spectateurs à Gerland sur la première partie de la saison 2014-2015 pour un stade de 42 000 places), 105 loges, 6 000 places VIP, une cité des entreprises, des concerts et un parc de loisirs ouvert toute l'année, avec un ensemble de services. Sans oublier les enjeux sportifs avec la Ligue des Champions en ligne de mire et l'espoir d'être sur le podium de la première division chaque année.

Économiquement, ce grand stade doit aussi lui offrir de nouveaux revenus, qui lui manque tant - en misant sur ceux générés par les entreprises et moins sur le grand public -, afin de lui permettre, entre autres, de ne plus être dépendant des revenus audiovisuels (41 millions d'euros pour la saison 2013-2014), ni des résultats sportifs.

Cinq années consécutives de pertes

Une stratégie rondement menée qui doit faire sortir le club de cinq années de pertes cumulées (137 millions d'euros) et rassurer les actionnaires. Mais la stratégie est risquée, ambitieuse, fragile. Pour mener ce projet industriel, le club a dû lever près de 400 millions d'euros et donc s'endetter fortement. Revoir son business model, coïncidant avec l'arrivée de l'entraîneur Rémi Garde, en 2011.

Son président fera ainsi le pari (salué) de développer activement le centre de formation (l'académie) au détriment de recrutements (coûteux) de joueurs célèbres, par exemple.

« C'est une vraie stratégie économique. Jean-Michel Aulas a fait un choix raisonné. Il a préféré sacrifier des résultats sportifs, baisser la masse salariale (-17,3 millions d'euros sur l'exercice clôt au 30 juin 2014, NDLR) afin d'assoir la structuration du club. Et ainsi pour revenir, au plus haut, avec une équipe-maison solide qui évoluera bientôt dans son propre stade, générateur de revenus supérieurs », dissèque Olivier Monna, économiste au Centre du droit et d'économie du sport.

Et les premiers résultats (sportifs) vont dans le sens du président Aulas puisque l'équipe multiplie les victoires et se retrouve, fin février, en tête du championnat.

« Tout est une question de construction et d'adaptation », analyse Thierry Sauvage, directeur général de l'OL.

Fronde des opposants

Malgré cet angélisme, le colossal projet d'OL Land (rebaptisé depuis Parc Olympique Lyonnais) ne se fait pas dans la quiétude. Il interroge.

Homme de réseau, Jean-Michel Aulas bénéficie de soutiens actifs et décisifs du Grand Lyon, aujourd'hui Métropole de Lyon (mais pas de tous les élus), du conseil général du Rhône ou encore du préfet et de l'État, ainsi que d'une certaine partie de la population.

grand stade

Mais il n'échappe pas aux questions, critiques et inquiétudes. Une dizaine d'associations d'opposants dénoncent en effet, « la folie des grandeurs de Gérard Collomb (président de la Métropole de Lyon, NDLR) et Jean-Michel Aulas » d'autant plus si « l'équipe ne se qualifie pas en Ligue des Champions », ce sur quoi, le modèle de l'Olympique Lyonnais repose en grande partie.

Certains y perçoivent l'enrichissement d'une entreprise privée qui « pourrait réaliser au passage un projet immobilier d'envergure » au détriment de l'intérêt général. D'autres, un caprice d'un président puissant devenu intouchable. Et quand d'aucuns critiquent un site trop éloigné du centre-ville de Lyon (30 minutes en voiture environ) pouvant freiner les publics - « Aulas le reconnaît lui-même, soutient Étienne Tête, avocat et élu écologiste à la Région Rhône-Alpes, le stade ne sera rempli que les soirs de Champions League. » -, d'autres jugent la construction coûteuse des équipements publics, et des conséquences de gestion inadaptée des transports en commun les soirs de match notamment.

« Le pire c'est qu'ils ne vont servir qu'une trentaine de fois par an », soutient Etienne Tête.

Et selon des proches du dossier, « il ne faut pas que ça décolle trop, qu'il y ait d'accident routier ni de panne sur le réseau les soirs de match, sinon ce serait une catastrophe ».

Les partisans y croient dur comme fer

« Ce n'est pas un pari risqué, le football français rentre enfin dans la cour des grands », annonce un expert ayant travaillé sur l'élaboration du projet mais préférant rester anonyme.

Ils y voient, au contraire, l'un des meilleurs moyens pour l'Olympique Lyonnais de devenir un club européen de référence, propriétaire de son stade. Un outil ouvert à tous, respectant l'environnement, vecteur d'emplois et d'activité.

Moteur d'attractivité territoriale et de développement de l'Est lyonnais - accroissant jusqu'à 50 millions d'euros le PIB de l'agglomération. Un site offrant aux entreprises une nouvelle adresse « prestigieuse » ; au grand public, un parc de loisirs paradis de la consommation ; et aux artistes, une nouvelle grande scène d'expression.

Entre opposants et partisans, le dialogue est rompu. Et c'est régulièrement devant la justice que les contentieux sont jugés. Sans jamais pour autant faire plier la puissance du projet. Mais le retardant tout de même de cinq années. Du côté de l'OL et de la nouvelle Métropole de Lyon, on se réjouit donc de voir que le chantier avance, de l'autre, le combat se poursuit.

« Il n'est pas exclu que le Grand stade n'aille pas jusqu'au bout, mais la probabilité est faible », reconnaît l'opposant Jean Murard, de Déplacement citoyens.

>> A lire mardi 3 mars : "Grand Stade, la ville de Décines (très) dubitative sur le projet et ses retombées."

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 03/03/2015 à 6:34 :
Ahhh le rayonnement du foot... y a pas à dire, c'est lumineux comme stratégie. De quoi attirer les meilleurs des meilleurs... Hahahaha! Quand Lyon sera capitale de la région ... Oh wait!?
a écrit le 02/03/2015 à 18:31 :
Le football est une activité non sportive mais directement liée à l'argent.
a écrit le 02/03/2015 à 18:17 :
On ne peut souhaiter que bonne chance à ce projet qui est, déjà, un "landmark" dans l'Est lyonnais. Reste à l'OL à devenir un "Bayern", mais, sans ressources suffisantes, point de Suisses, ni espoir de l'être un jour. Pour tous ceux qui sont allés à Münich, l'Arena draine les foules, pour le foot et d'autres loisirs.
a écrit le 02/03/2015 à 17:50 :
Un manque d'objectivité criant dans le but unique de faire glisser le lecteur vers votre point de vue... Vraiment triste !
a écrit le 02/03/2015 à 16:47 :
a t il tord ? cepandant rajoute t il vu la connaissance en économie de nos ministres sur 523 années soit disantes professionnels de nos " chers " sinistres seules 3 ont ete passees en entreprise ç a fait du 0,5% si ses calculs sont bon et c est cazeneuve qui aurait passe trois ans á la banque populaire Xavier Kemlin est vrai lanceur d alerte ! il veut supprimer 1million de fonctionnaires dans son programme pour 2017
a écrit le 02/03/2015 à 16:21 :
Xavier kemlin l a toujours dit Aulas privatise les profits et nationalise les pertes ! 🐾👹🌹
a écrit le 02/03/2015 à 15:30 :
Les stades , c'est cher et ça sert moins que des centres culturels.
Assez du foot et de ses trop coûteux délires.
Réponse de le 02/03/2015 à 15:37 :
A Feyzin, le Centre Culturel a été financé par les contribuables de la communes, alors qu'il a un usage quasi exclusivement lyonnais ! Pire, le financement du fonctionnement continue d'être assumé par la ville, pour des spectacles auxquels quasiment aucun feyzinois n'assistent !!! Au moins, au foot, une large majorité des spectateurs sont des lyonnais !!
Réponse de le 02/03/2015 à 18:54 :
sauf que ça m'étonnerait que le centre culturel ait couté 600 millions ! Et même si les feyzinois n'y vont pas (pourquoi ? ils ne sont pas interdits je pense) je pense qu'un centre culturel est sûrement plus utile qu'un stade... surtout que l'ancien fonctionne très bien et n'est pas plein sauf à quelques exceptions peut être. Bref c'est ridicule de comparer un stade et un centre culturel...
Réponse de le 02/03/2015 à 19:50 :
Je n'ai plus le chiffre exact en tête, mais on devait être aux alentour de la centaine de million ! Pour un village d'à peine plus de 9000 hab, c'est déjà pas mal ... quand à l'absence des Feyzinois, c'est lié à une programmation hyper bobo qui n'intéresse qu'une infime minorité ... d'où l'excuse (il faut étendre l'attraction du centre culturel au niveau de la métropole !).. et les feyzinois sont exclus de fait.. alors qu'ils ont financé la construction, qu'ils financent le fonctionnement ! En fin de compte, une "nationalisation" du centre Leonard de Vinci, ça serait la moins pire des solutions... à la base, ça a été vendu à la population comme une salle des fêtes beaucoup plus performantes !!
Réponse de le 02/03/2015 à 19:53 :
... un stade, il en fallait un pour le Rugby... alors non, la situation actuelle n'était pas vivable à long terme...! Après étais-ce la bonne, je n'aurais, moi, pas la prétention de faire croire que je sais sans avoir étudié l'ensemble du dossier ! Il semblerait que vous, vous n'ayez pas les mêmes scrupules...
a écrit le 02/03/2015 à 15:29 :
Perso, je me fiche du foot.
Par contre, si ça peut avoir un effet sur le rayonnement de l'agglomération, je suis preneur.
En tout cas, je constate que sur ce sujet, on reproche tout et son contraire :
Un enrichissement et un risque économique démesuré pour le club,
Un désagrément permanent pour les riverains... et un usage complet 30 fois par an maxi,
Etc
Le cout périphérique pour la collectivité doit être mis en parallèle avec un équipement qui se veut équivalent pour le rayonnement de Lyon : cout du musée des confluence, par exemple versus impact sur la notoriété de la ville et attraction de touristes supplémentaires ! LE reste est subjectif... attention aussi au cout des procédures engendrées par ceux qui prétendent vous faire des économies pour la collectivité !!
a écrit le 02/03/2015 à 12:11 :
Que de mensonge nous menant à une catastrophe financière, écologique, structurelle, humaine.
Tapez "carton rouge" sur google pour connaître la triste vérité.
Réponse de le 02/03/2015 à 13:29 :
Pourquoi tous les rouges croient toujours détenir LA vérité. Au vu du site, la mauvaise foi est patente puisqu'ils vont jusqu'à imputer la hausse des TCL au Grand Stade, alors que cette hausse est due principalement à une hausse de tva. Si le reste des infos est à l'avenant...
Réponse de le 02/03/2015 à 14:46 :
J'ai pas trop envie de lire des "vérités" dites par des personnes dont le but est juste d'attiré l'attention sur eux. Ils voient que rouge et pense pas à tous ceux que cela va apporté à la région et à la France. Juste pour avoir leur quart d'heure de gloire à la télé... pathétique.
Réponse de le 02/03/2015 à 17:16 :
Des vérités bien déformées qui ne sont là que pour protéger votre petit bien-être local. Des vérités comme de la terre agricole à 600€/m², des vérités comme un stade au milieu des champs (super, le stade est coincé entre Décines et la rocade), des vérités comme deux couples de piverts qu'on a dérangé ou une mare de crapaux, ou encore des vérités comme quoi Aulas saigne un pauvre paysan qui vit que de ces moutons alors que c'est la commune qui rachete ces terres et que les mouton de celui ne sont là que pour tondre la pelouse de ce monsieur qui n'a jamais travaillé et vit de l'héritage de ses parents...Aller vous avez perdu la bataille malgré vos 80 procès perdus, ils faut vous résigner.... et profiter des superbes voies vertes paysagées qui ont été faites tout autour de chez vous !!!
a écrit le 02/03/2015 à 10:37 :
stade 100 % prive mais terrain vendu pas cher et infrastructures (routes, transport en commun) a la charge du con-tribuable. Mais on a que ce qu on merite: qui a elu ces politciens ? "du pain et des jeux " est toujours d actualite
Réponse de le 02/03/2015 à 10:55 :
Comme 100% des constructions diverses, la voirie est toujours à la charge de l'Etat (comme une ZI, un centre commercial ou votre immeuble et maison)... Il en sert à rien de se mettre la rate au court-bouillon pour des problèmes n'existant pas !!!
Réponse de le 02/03/2015 à 15:32 :
La vente du terrain doit avoir lieu au prix de sa valeur initiale hors projet OL ! Pas moins,... mais pas plus : on ne peut pas dire "l'opération de l'OL va donner de la valeur au foncier, donc ils doivent payer pour la valeur que l'OL apporte !"
Réponse de le 02/03/2015 à 17:08 :
Il faudrait chercher un peu sur le net, mais de souvenir il me semble que le terrain acheté par l'OL a été acheté aux tarifs pratiqués dans la région lyonnais pour ce type de bien.
Voir prix de rachat du m² pour carré de soie, confluence ou cité internationnale.
Réponse de le 02/03/2015 à 19:17 :
Prix des terrains pour le grand stade: cela doit etre zero car zone tres excentré et sans valeur même pour l'agriculture.
Aucune comparaison possible avec carré de soie, confluence, on cité internationale.
Réponse de le 03/03/2015 à 9:55 :
Et voila:
Le prix de vente retenu, si cette cession se réalise, est de 40€
HT par mètre carré, soit un montant
total HT de 12 757 400€
, auquel se rajoutera la TVA sur marge, qui s'élève à un montant estimatif de
1 942 891,36€
, soit d’un montant global TTC estimatif à 14 700 291,36€
.
L'avis de France domaine précise que ce prix est entendu pour un terrain nu et libre de tout obstacle ou servitude, ce qui inclut le dévoiement de la canalisation de gaz traversant une partie des terrains et le déplacement des bassins d'infiltration et de rétention présents sur le secteur. Il est convenu que la Société
Foncière du Montout, ou son éventuel substitué, prenne à sa charge les travaux de dévoiement de la canalisation de gaz. La Communauté urbaine, quant à elle, réalisera les travaux de déplacement des bassins d'infiltration et de rétention dans les conditions prévues par la délibération n° 2010-1596 du Conseil du 28 juin 2010.
a écrit le 02/03/2015 à 9:43 :
de toute façon on a l'habitude des budget à rallonge qui n'en finissent pas d'augmenter comme pour le nouveau musée de la confluence.
Mais pas de soucis, les habitants du coin aiment payer plus d’impôts comme le confirme la réélection facile de colomb

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :