Auvergne Rhône-Alpes : la santé économique reste précaire

 |   |  613  mots
(Crédits : Laurent Cérino)
En se fondant sur les analyses des chefs d'entreprises régionaux, la Banque de France ne prévoit toujours pas une reprise significative en Auvergne Rhône-Alpes. De plus, les tendances doivent affinées par zones territoriales et par secteur.

Certains verront un verre à moitié plein, pour d'autres, il restera à moitié vide... Il est bien difficile en effet de tirer des conclusions de la dernière enquête de la Banque de France.

Réalisée auprès de 4 000 chefs d'entreprise de la grande région Auvergne Rhône-Alpes réalisant plus de 750 000 euros de chiffre d'affaires, l'étude de la Banque de France ne manque pas d'éléments positifs, comme le regain d'activité et la tendance à la hausse des investissements, mais elle en comporte aussi des points négatifs qui semblent difficiles à inverser.

Le BTP reste à la traîne

Entre 2014 et 2015, l'activité économique s'inscrit globalement en hausse de 2,3 % dans l'industrie et de 4,1 % dans les services, mais le BTP reste fortement à la traîne et affiche un retrait de plus de 3 %.

"Lorsque nous interrogeons les chefs d'entreprise sur ce qu'ils entrevoient pour 2016, dans l'industrie et les services cette tendance se confirme. Mais dans le BTP, on ne parle pas encore de croissance, tout juste d'équilibre", précise Stéphane Albert, directeur adjoint à la division des affaires régionales de la Banque de France.

Il en va de même du côté de l'emploi. Certes, l'an dernier, le nombre de postes en CDI, CDD et intérim a progressé de 0,1 % dans l'industrie et de 2,2 % dans les services, mais il a régressé de 1,4 % dans le secteur du bâtiment et des travaux publics.

Et le bout du tunnel n'est encore pas pour cette année, puisque les patrons du BTP interrogés par la Banque de France pronostiquent une baisse de 0,7 % de leurs effectifs en 2016. Dans l'industrie, la stabilité devrait être au rendez-vous, alors que dans les services en revanche, la Banque de France anticipe une hausse de 3 % des emplois.

La croissance vient de Rhône-Alpes

Autant d'éléments qui méritent d'être corrigés en fonction de la géographie. Si les tendances sont en effet les mêmes dans les deux anciennes régions, Rhône-Alpes reste plus dynamique. L'an dernier l'activité industrielle rhônalpine a enregistré une progression de 2,7 % alors que celle de l'Auvergne est quasi stable.

Dans les services, la croissance est de 4,3 % en Rhône-Alpes, soit deux fois plus fortes qu'en Auvergne et dans le BTP l'activité recule de près de 6 % en Auvergne alors que cette inflexion est de 2,6 % en Rhône-Alpes. Le schéma est identique tous secteurs confondus lorsque l'on s'intéresse aux exportations.

« Les taux de change nous sont favorables, nos produits sont plus compétitifs », fait valoir Pierre du Peloux, directeur régional Auvergne Rhône-Alpes de la Banque de France.

En Auvergne, les ventes hors de France contribuent à hauteur de 0,4 % à la croissance de l'année 2015, alors que ce chiffre atteint 2,7 % du Forez aux Alpes. Reste que 2016 pourrait être l'année où la courbe régionale des exportations s'inverse puisque dans l'industrie les chefs d'entreprise Auvergnats prévoient une hausse de 5,4 % de leurs exportations, alors que leurs homologues rhônalpins n'espèrent pas plus de 3,3 %.

L'investissement repart

Les prévisions d'investissement sont-elles orientées à l'identique sur l'ensemble de la région. Dans l'industrie, les chefs d'entreprise anticipent une progression de 9,4 % du montant de leurs investissements cette année (+ 2,7 % en 2015). Ce chiffre s'inscrit à 8,3 % dans les services (2,7 % en 2015), mais il baisse encore de 6,6 % dans le BTP (- 13,6 % en 2015).

« Il semble que les investissements soient plus orientés vers de l'équipement ce qui veut dire que les capacités de production vont s'accroître », souligne Stéphane Albert.

Un point assurément positif, mais pas suffisant pour annoncer une véritable reprise.

« La reprise économique se confirme sur l'ensemble de la zone euro, mais elle reste insuffisante », conclut Pierre du Peloux.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :