Fête des Lumières  : une annulation qui préserve l'image à long terme

 |   |  388  mots
Les noms des victimes des attentats du 13 novembre seront projeté sur les façades de la Saône.
Les noms des victimes des attentats du 13 novembre seront projeté sur les façades de la Saône. (Crédits : DR)
Pour le court terme, les hôteliers de Lyon enregistrent un taux de désistement de 60 à 75 % selon les établissements. Les visiteurs venant de loin ont été les premiers à renoncer à ce voyage pour la fête des Lumières.

L'annulation de la fête des lumières de Lyon, que Gérard Collomb, le maire, a justifiée par mesure de sécurité après les attentats du 13 novembre à Paris, a évidemment de lourdes conséquences économiques. « Les hôtels enregistrent un taux de désistement de 60 à 75 %, en fonction des établissements », atteste François Gaillard, dg de OnlyLyon tourisme et congrès (office du tourisme). Les visiteurs lointains  (USA, Canada, Japon etc...) ont été les premiers à renoncer à leur voyage dont le but était de voir cette fête tant médiatisée. La même décision a été prise par des touristes français et d'autres pays d'Europe après s'être accordés un temps de réflexion. « Les personnes qui n'ont pas remis en cause leur déplacement viennent de plus près et seront là ce week-end du 4 et 5 décembre », observait le dg, en fin de semaine dernière.

Visite des mises en lumières

« Pour retenir à la marge les touristes, nous avons créé un programme spécifique de visites de la ville en en leur faisant découvrir les mises en lumière pérennes des bâtiments, une vrai savoir faire lyonnais », précise François Gaillard. Les festivités qui drainent autour de 3 millions de personnes sur quatre jours étaient attendues comme une apothéose à cette année 2015, plutôt bonne. « C'est un manque à gagner à court terme pour certains. En même temps, cette décision préserve l'image sur le long terme car s'il s'était passé quelque chose de grave, imaginez l'impact sur la réputation », analyse  t'il.

Lire aussi : Fête des Lumières : les professionnels impactés par l'annulation

Solidarité avec les victimes

D'ailleurs les touristes, dans leur grande majorité « comprennent cette annulation et se montrent très solidaires », poursuit François Gaillard. Quant aux Lyonnais, qu'ils soient catholiques ou non, beaucoup ne sont pas mécontents, dans le climat actuel, de pouvoir retrouver l'esprit originel du 8 décembre célébré en mettant des lumignons à leurs fenêtres. Dans certains immeubles les voisins sont conviés pour un vin chaud avant de s'égayer à travers les rues et penser à toutes ces bougies qui brillent aussi pour les victimes du vendredi 13, celles qui ont disparu et celles qui souffrent.

Lumignon

Crédit photo : Ville de Lyon

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :