Isère : "Les perquisitions administratives vont continuer"

 |   |  411  mots
Le préfet de l'Isère, Jean-paul Bonnetain (au centre à droite), à côté du procureur de la République, Jean-Yves Coquillat (au centre à gauche) et des représentants des forces de police.
Le préfet de l'Isère, Jean-paul Bonnetain (au centre à droite), à côté du procureur de la République, Jean-Yves Coquillat (au centre à gauche) et des représentants des forces de police. (Crédits : ML)
Le préfet de l'Isère, Jen-Paul Bonnetain, a convié vendredi soir les maires de l'Isère pour une réunion d’information sur l'état d'urgence dans le département. Une occasion de rappeler que les perquisitions administratives ainsi que les assignations à résidence pourront se poursuivre dans le département.

Une invitation, mais pas une convocation. C'est en ces mots que le préfet de l'Isère, Jean-Paul Bonnetain, a décrit la réunion de travail qui s'est tenue ce vendredi soir avec les maires de l'Isère. "La salle (du CRDP de l'Académie de Grenoble, ndlr) était pleine", a résumé le préfet, qui a expliqué les dispositifs mis en place dans le cadre de l'état d'urgence. Ce dispositif, demandé par François Hollande, venait en parallèle d'être élargi pour une durée de trois mois par l'Assemblée Nationale puis le Sénat ce vendredi soir.

"Nous avons commencé par observer une minute de silence, alors qu'on nous a annoncé aujourd'hui la mort d'une victime supplémentaire ", a déclaré Jean-Paul Bonnetain.

Pas d'interdiction formelle

Si le préfet a renforcé la vigilance au sein du département avec l'état d'urgence, il n'a pas tenu à interdire tout rassemblement. "Je n'ai pas choisi de le faire à cette heure, compte-tenu de ce que je sais de la menace. Il faut continuer à vivre, mais avec un seuil de vigilance renforcé", a-t-il affirmé, ajoutant toutefois qu'une révision de ce paramètre restait possible à tout moment. Les seuils ont par ailleurs été rehaussé sur certains sites  considérés comme risqués, comme les sites classés Seveso, "mais les maires ont aussi estimé qu'il ne fallait pas trop concentrer les effectifs pour ne pas pénaliser les zones rurales, notamment en cette période de fêtes. Les risques ne se circonscrivent pas uniquement à ces sites".

A Grenoble, les spectacles affichés au Summum ainsi que la Foire d'automne ont été maintenus, ainsi que la tenue du marché de Noël qui s'ouvrira ce samedi 21 novembre en présence d'Eric Piolle.

Les perquisitions vont continuer

Concernant les perquisitions administratives qui ont eu lieu en Isère depuis les attentats de Paris, le préfet s'est engagé à les poursuivre : "Il y en aura d'autres. Le problème est moins les moyens de le faire, que d'assurer l'ordre public suite à ces perquisitions (...) La frontière est poreuse entre les délinquants et le terrorisme". L'objectif affiché : réduire le tarif et la présence sur le territoire des armes de gros calibre.

Alors qu'une assignation à résidence a déjà été effectuée, le préfet s'est également engagé à poursuivre, "même s'il faut aussi savoir créer dans ce type d'opérations des ruptures de rythme".

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :