UberEats, Deliveroo, Foodora…des livreurs appellent à une "déconnexion massive"

 |   |  1225  mots
(Crédits : Deliveroo)
Pour protester contre leurs conditions de travail, leur faible rémunération et pour dénoncer "un salariat déguisé", des coursiers à vélo appellent à une "déconnexion massive" des plateformes, ce mercredi soir. Une initiative menée à Bordeaux, Paris, et Lyon. Explications.

"Nous ne sommes pas salariés : nous ne faisons plus grève, nous nous déconnectons." Les revendications sociales actuelles des livreurs à vélo seront-elles le pendant de celles du XIXe ? Une partie...

Article réservé aux abonnés

Achetez l'article
Pour
5.00TTC
J'achète
Vous n'êtes pas abonné ? Abonnez-vous
Accéder
Déjà inscrit ou abonné ? Connectez-vous
Se connecter

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 16/03/2017 à 11:14 :
" appellent ainsi ces travailleurs indépendants". Il faut remplacer "travailleurs indépendants" par esclaves, et plateformes par négriers.
Ces "travailleurs indépendants" sont en réalité des "travailleurs dépendants", sans droits, sans protection sociale, de futurs chômeurs et retraités sans retraite.
L'ubérisation, c'est la misère, la précarité, l'anarchie sociale et à terme la destruction de la société.
a écrit le 16/03/2017 à 8:53 :
Ces jobs sont des jobs de complément.....et encore, .......

Deuxième remarque.....,ceux qui se font livrer n ont aucun état d ame pour les livreurs......par contre, ils sont les premiers a prendre leur rtt..et a demander l amelioration de leur condition de travail....

Je n,achete rien sur Internet....ne vais pas sur amazone....et privilegie le,commerce local....
Et soit je fais la cuisine, soit je vais au restaurant.....

Les plateforme d intermédiations sont purement et simplement une illusion uniquement destinée a faire du pognon sur le dos des autres....

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :