Patrick Bertrand quitte Cegid

 |   |  322  mots
Patrick Bertrand reste président de Lyon French Tech
Patrick Bertrand reste président de Lyon French Tech (Crédits : Laurent Cerino/ADE)
À l'issue du conseil d'administration, jeudi 2 mars, le groupe Cegid a annoncé que son directeur général depuis 15 ans Patrick Bertrand quittait ses fonctions. Pascal Houillon, arrivé de Sage Americas, le remplace.

C'est une époque qui s'achève. Patrick Bertrand quitte ses fonctions de directeur général de Cegid après 15 années à occuper ce poste. Entré en 1988, il a été ensuite nommé en 2002 aux manettes de l'éditeur de logiciels lyonnais et développera la société, quatre ans après, vers un modèle SaaS qui "représente à ce jour 30 % du chiffre d'affaires".

Patrick Bertrand et Jean-Michel Aulas

Patrick Bertrand ne quitte pas totalement l'entreprise. Dans un communiqué, Cegid assure qu'il "restera proche du groupe". Jean-Michel Aulas, fondateur de la société qui avait déjà pris du recul l'an passé, a tenu à le "remercier personnellement" pour le travail effectué durant toutes ces années.

Lire aussi : Patrick Bertrand, directeur général de Cegid : "Un jour, je pourrais créer ma startup"

Homme du numérique, le désormais ancien directeur général reste toujours impliqué dans l'écosystème local, et préside l'association Lyon French Tech depuis 2015. Professionnellement, il va continuer également son activité de directeur général du family office de Jean-Michel Aulas.

25 ans dans les logiciels

Pour le remplacer, et conformément au processus de transition "convenu lors de l'acquisition de Cegid group par le consortium Silverlake et AltaOne", le conseil d'administration a fait le choix de nommer Pascal Houillon, précédemment directeur général de Sage Americas et de Sage France.

Expert depuis 25 ans dans le domaine des logiciels ERP pour les PME, il aura ainsi pour mission de poursuivre le développement de la stratégie de Cegid et à l'accélérer.

Résultats en hausse

Dans le même temps, l'entreprise lyonnaise de 2 250 salariés a annoncé un exercice 2016 en hausse avec un chiffre d'affaires de 307,6 millions d'euros contre 282,1 millions d'euros en 2015, pour un résultat net de 28,6 millions d'euros (contre 22,8 millions d'euros un an auparavant).

L'endettement financier net s'élève quant à lui à 49,5 millions d'euros, au 31 décembre 2016 (65,3 millions d'euros au 31 décembre 2015).

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :