Startup : CanalMatch rejoint les locaux de Babolat

 |   |  546  mots
(Crédits : DR)
Le site Internet CanalMatch permet aux joueurs passionnés de sports de raquettes de trouver des partenaires. La jeune startup a rejoint ce lundi 25 avril les locaux lyonnais de la marque Babolat, leader mondial des ventes de raquettes et de cordages, qui confirme ainsi son ambition numérique.

En novembre 2013, la Fédération française de tennis estimait à 1,1 million le nombre de licenciés et à 3 millions celui de pratiquants non licenciés. Pratiquer un sport de manière autonome, en dehors de structures, est une réalité. Mais une réalité difficile.

Il faut en effet trouver des partenaires de jeu, qui plus est, avec un niveau équivalent. Ajoutez à cela la problématique de la disponibilité, la situation devient alors particulièrement frustrante.

Un club virtuel, des rencontres réelles

C'est dans pareil contexte que deux lyonnais, Arthur Joannard et Adrien Blandin, respectivement amateurs de tennis et de badminton, ont décidé de créer CanalMatch. Le site Internet, ainsi que son application mobile, permettent ainsi de rejoindre gratuitement une communauté de joueurs de tennis bien sûr, mais également d'autres sports de raquettes, à l'instar du tennis de table, du padel, du badminton ou encore du squash.

Le niveau de chacun, son lieu de résidence ou encore sa disponibilité sont des éléments notamment renseignés. Ne reste alors plus qu'à fixer une date et un lieu de rencontre. Les joueurs peuvent également suivre leurs progrès via différents indicateurs. De quoi rester motivés et garder une pratique sportive régulière.

Vers une version premium

Lancé début 2015, le site réunit à ce jour un peu plus de 1 000 utilisateurs, dont la plupart résident à Lyon ou sa région, même si le service est désormais ouvert à l'échelle du territoire national. Jusqu'à présent, les différentes fonctionnalités étaient gratuites, mais certaines pourraient devenir payantes dans les prochains mois.

"Nous avons des joueurs qui utilisent le site une ou deux fois par mois. D'autres, trois ou quatre fois. Pour ces derniers, nous pourrions proposer un abonnement mensuel.

Des fonctionnalités, comme l'enregistrement des scores, les concours internes, les commentaires, les recommandations, pourront aussi être disponibles sur abonnement", explique Arthur Joannard.

Afin de générer du chiffre d'affaires, les deux associés réfléchissent également à une autre piste. Ils pourraient en effet promouvoir des clubs.

"Après avoir repris le tennis via notre site, certains joueurs choisissent de retourner dans des clubs", poursuit Arthur Joannard.

Quand Babolat joue les incubateurs

L'initiative a en tout cas fait mouche et retenu l'attention des professionnels. Après avoir été incubée à BoostinLyon, elle a été retenue par BPI France et a obtenu la bourse French Tech.

"Ce qui leur a plu le plus, outre le caractère innovant, c'est certainement l'aspect communautaire. Certes, on vient pour jouer, pratiquer un sport. Mais on se (re)fait un réseau, un groupe d'amis, surtout que l'on arrive dans une nouvelle ville", ajoute le jeune entrepreneur.

La startup a également rejoint en début de semaine les locaux lyonnais de la marque Babolat, le géant du tennis étant très sensible au numérique. Une première en tout cas pour le leader mondial des ventes de raquettes et de cordages.

"Cette société va nous héberger et nous aider dans le développement de CanalMatch. Tout n'est pas encore formalisé. Nous pourrions avoir accès à des ressources en interne, pour nous aider en termes de notoriété ou encore de business model par exemple ", indique encore Arthur Joannard.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :