LabCentral, un laboratoire géant pour startups des sciences de la vie bientôt à Lyon ?

 |   |  737  mots
(Crédits : Karen Latour / ADE)
Le projet d'ouverture du LabCentral à Lyon reprend son essor. Selon Johannes Fruehauf, il se concrétise puisque le lieu d'implantation a même été trouvé. Ce laboratoire géant et partagé pour les startups des sciences de la vie pourrait voir le jour à Gerland début 2018. En 2015, les jeunes pousses hébergées au sein de la maison-mère, à Cambridge, avaient levé plus de 460 millions d'euros. De quoi donner des idées aux acteurs lyonnais.

Derrière les portes vitrées, une vingtaine de rangées de paillasses se succèdent. Dessus, des tubes à essai ou des pipettes sont entassés, des dossiers sont empilés dans des pochettes en carton ou encore dans des boîtes transparentes. Juste à côté, du matériel scientifique est laissé à la disposition de tous. Même si cela y ressemble, nous ne sommes pas dans un laboratoire de recherche classique mais bien au sein du LabCentral, à Cambridge, à deux pas du prestigieux MIT.

Fondé en 2012 par Johannes Fruehauf (Cambridge Biolabs) et Peter Parker (BioInnovation LLC), ce lieu atypique est à la fois un laboratoire partagé et un espace de coworking spécialement dédié aux startups des sciences de la vie, pour qu'elles puissent y développer leurs recherches. En 2015, les startups résidentes et alumni, avaient levé 460 millions d'euros.

Tel est le projet que souhaite déployer à Lyon Johannes Fruehauf, président de cette organisation sans but lucratif, aujourd'hui financée en majorité par des sponsors privés et dont le business model repose avant tout sur la location des espaces de travail.

Lyon Labo

Un temps en perte de vitesse, le dossier LabCentral à Lyon semble retrouver une nouvelle dynamique. C'est du moins ce qu'a affirmé Johannes Fruehauf, indiquant que le projet initié il y a deux ans, "devient de plus en plus concret".

LabCentral, Cambridge

"L'open lab" est accessible à l'ensemble des startups hébergées chez LabCentral. Elles doivent payer un loyer par mois pour y être installées, pour une durée maximale de deux ans, renouvelable un an. 

Le LabCentral version capitale des Gaules devrait voir le jour au sein du bâtiment Domilyon, détenu par Lyonbiopôle, dans le biodistrict de Gerland. D'une surface de 2 500 m², il pourra accueillir entre 25 et 30 startups, également issues des sciences de la vie. Avec cependant des spécificités par rapport à la version américaine: "Nous devrons nous adapter au tissu économique local. Ce sera donc davantage basé sur la partie ingénierie", poursuit Johannes Fruehauf. Le nom du lieu sera lui aussi différent puisque l'antenne lyonnaise devrait se nommer Lyon Labo.

Début 2018

L'ouverture un temps annoncée pour la rentrée 2017 est finalement prévue pour le début de l'année 2018. Elle s'inscrit dans une stratégie d'essaimage de LabCentral qui souhaite se déployer davantage à l'international. Pour l'instant, il est seulement présent aux Etats-Unis, à San Diego, San Francisco, à Durham en Caroline du Nord et bientôt à New-York.

Si une antenne ouvre à Lyon, elle sera la première en Europe. "Nous voyons qu'il est possible de créer de vraies synergies", détaille Johannes Fruehauf pour expliquer son choix. "Mon ambition n'est pas d'y installer un petit projet", ajoute-t-il également.

"Compte tenu de notre terreau riche dans ce secteur, nous avons intérêt à ce que de nouvelles structures telles que LabCentral viennent compléter l'offre déjà existante", souligne également une personne proche du dossier. Un projet d'ouverture est aussi en cours à Paris.

Financements

Toutefois, une inconnue demeure : celle du financement de l'implantation de LabCentral. La question est pourtant centrale pour que le projet voit définitivement le jour. Sur ce point, Johannes Fruehauf préfère rester discret.

"Mais le projet avance, nous sommes actuellement en discussion avec d'éventuels partenaires", précise le cofondateur de LabCentral.

Des discussions qui ont notamment lieu avec des acteurs lyonnais du secteur. Quant à l'Aderly (Agence pour le développement de la région lyonnaise) si elle a participé à l'accompagnement du projet en amont, et la mise en relation avec l'écosystème local, elle ne souhaite pas s'impliquer davantage financièrement via la métropole de Lyon. Karine Dognin-Sauze, vice-présidente de la collectivité en charge de la métropole intelligente, de l'innovation et du développement numérique se montre "confiante".

"Le projet verra bien le jour. Mais nous devons prendre notre temps. Un des principaux défis était d'adapter LabCentral à notre écosystème, ce à quoi nous avons abouti. A Lyon, nous ne voulons pas faire des copier-coller, alors cela prend davantage de temps. Mais quand le projet voir le jour, il est bien structuré", précise l'élue.

Le montant du financement final n'a pas non plus été dévoilé. Pour le lancement du LabCentral à Cambridge, qui a nécessité la rénovation du bâtiment, 5 millions de dollars ont été octroyés au projet par le Massachussets Life Sciences Center.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :