Vaccins : après son divorce de Sanofi, MSD veut s'imposer en France

 |   |  561  mots
(Crédits : © Mike Blake / Reuters)
Le groupe pharmaceutique américain faisait jusqu'à présent cause commune avec Sanofi Pasteur, à travers Sanofi Pasteur MSD créé en 1994. Il est désormais présent en direct en France via MSD Vaccins qui couvre aussi dix-huit autres pays d'Europe. Le siège de cette nouvelle entité est installé à Lyon.

Le groupe pharmaceutique américain Merck Sharpe & Dohme (MSD) est directement présent en France dans les vaccins humains avec MSD Vaccins, créé le 1er janvier 2017 à Lyon où se situe le siège. Il a été officiellement inauguré ce vendredi dans un immeuble flambant neuf au sein du bio district de Gerland, dans le 7e arrondissement. Jusqu'au 31 décembre dernier MSD faisait cause commune avec Sanofi pour le développement clinique, la gestion des mises sur le marché et la commercialisation des vaccins, en France et en Europe, via la Joint Venture Sanofi Pasteur MSD.

La JV fut une belle aventure

Comment s'est passé le divorce annoncé en mars 2016 ?

"Cette co-entreprise née en 1994 a été une belle aventure", reconnaît Cyril Schiever, président de MSD France et MSD Vaccins. Vingt-deux ans plus tard "nous nous sommes aperçus que nous allions être concurrents et que nous aurions des difficultés à cohabiter dans la JV".

Restait à régler la question humaine et le personnel avait exprimé alors de vives inquiétudes.

Pas de départs contraints

"Nous avons réussi à faire les choses dans les meilleures conditions possibles. Il n'y a eu aucun départ contraint", assure Cyril Schiever.

L'entité conjointe employait près de 400 personnes en France.

"150 ont rejoint Sanofi Pasteur et 100 nous ont rejoints. 160 collaborateurs sont partis de façon volontaire. L'ensemble des coûts inhérents a été partagé", détaille le dirigeant.

MSD Vaccins regroupe aujourd'hui près de 200 salariés dont une quarantaine pour les 18 pays européens couverts en dehors de la France. Cyril Schiever précise que 30 recrutements sont en cours.

Trois lancements à venir

L'objectif est maintenant de dynamiser l'activité vaccin en France où MSD décline un portefeuille de neuf vaccins. Ce secteur représente aujourd'hui un volume de ventes de l'ordre de 50 millions d'euros sur un chiffre d'affaires France de 1,3 milliard d'euros*. Or, aux côtés du diabète, de l'oncologie et des médicaments à l'hôpital, les vaccins s'affichent comme une des quatre aires thérapeutiques prioritaires de la firme à l'échelle du monde.

"Les vaccins en France, c'est un grand défi autour de la confiance", reconnaît Cyril Schiever.

Il se félicite de trois prochains lancements : un nouveau vaccin contre le papillomavirus humain (responsable des cancers du col de l'utérus) dont la mise sur le marché est espérée d'ici à l'été, un vaccin contre le pneumocoque d'ici à septembre et un hexavalent pédiatrique (co-développé avec Sanofi Pasteur) pour le premier trimestre 2018.

Devenir un vrai acteur de la santé public en France

En récupérant en propre l'activité vaccins en France, MSD veut devenir un vrai acteur de la santé publique dans l'Hexagone. Pour Lyon, l'installation du siège de MSD Vaccins donne encore plus de légitimité à cette place forte de l'immunologie.

"L'agglomération lyonnaise concentre les 2/3 des emplois français dans les vaccins", rappelle David Kimelfeld, 1er vice président de la métropole de Lyon.

Ce territoire s'est proposé pour accueillir l'Agence européenne du médicament qui devrait quitter Londres une fois le Brexit consommé. Mais le chemin sera long et la compétition promet d'être vive.

*Merck compte 2 300 salariés en France où il possède trois sites de production en pharmacie humaine et santé animale : à Riom (Puy de Dôme), à Angers et en Normandie.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 14/01/2017 à 17:45 :
Foutus lobbies pharmaceutiques mondiaux ! Ils VOUS empoisonnent légalement !
Les labo sont des maquereaux, et nos gouvernements sont leurs gagneuses...
Informez-vous : Ces vaccins contre les grippes ne servent à rien, ils sont même extrêmement dangereux avec des effets induits apocalyptiques !
Arretez les seringues. Tant pis pour le sacro-saint Emploi, pour le dieu Croissance, et tant mieux pour la pollution et pour votre santé.
Mais comment l'être humain peut-il encore être aussi naif ? Comment ? Comment ???
Ciao.
Réponse de le 15/01/2017 à 14:37 :
Lire des post pareils me fait bondir !! Qui sont les plus naifs ? pour moi ce sont ceux qui croient à la théorie du complot à la mode contre les vaccins...Faites des recherches et regardez à qui cela profite.
J'ai bossé pour ne ONG en Afrique et je peux vous dire que là-bas les populations attendaient les vaccins avec impatience car ils savaient que cela sauverait des vies.
Comme par hasard c'est dans les pays riches et industrialisés où les vaccins ont permis de sauver des vies et d'eradiquer des tas de maladies que certains tirent sur les vaccins. On commence d'ailleurs à voir des morts dues à la rougeole....faute de vaccination. Et si vous croyez à tout ce qui ce dit sur la nocivité des vaccins et les colportez sans vous renseigner.....c'est vous qui êtes bien naif, voilà où mène l'inculture.
Réponse de le 16/01/2017 à 13:44 :
tarte à la crème : voilà comment des personnes qui n'y connaissent rien laissent planer le doute sur l'efficacité vaccinale, au nom de la lutte contre les labos pharmaceutiques.
Le jour où tu seras malade, tu seras bien content de les trouver !!!!!
a écrit le 14/01/2017 à 11:33 :
La concurrence dans les vaccins est de bonne augure pour la santé publique. L'installation à Lyon consacre la réalité subtile de pôle industrie/recherche que les français ont tant de mal à comprendre, aveuglés par le colbertisme qui favorise des champions nationaux.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :