Médicaments frauduleux : Antares Vision se dote d'une filiale en France

 |   |  472  mots
(Crédits : DR)
L'italien Antares Vision, un  leader des solutions de traçabilité des emballages pharmaceutiques, se dote d'une entité en France. Sanofi est le premier client du groupe pesant 50 millions d'euros de chiffre d'affaires.

L'italien Antares Vision (AV) a choisi Rillieux-la-Pape, dans la banlieue lyonnaise, pour installer sa filiale française dont il présentera les tenants et les aboutissants ce mardi.

"Nous sommes à 6 heures par la route du siège de Brescia. De plus, l'agglomération lyonnaise possède un tissu pharmaceutique important", justifie Nicolas Perrin, responsable de l'entité hexagonale.

AV se présente comme un leader européen des solutions (matériel et logiciel) de traçabilité pour l'emballage des médicaments. Cinq personnes dont deux techniciens, tel sera l'effectif de la structure tricolore en janvier 2017. Un doublement de taille est envisagé rapidement. Dans son périmètre global, AV, spin off de l'Université lombarde fondée en 2007 et employant 270 collaborateurs, a annoncé 50 millions d'euros de ventes en 2015, en hausse de 50 % ces derniers exercices.

Directive renforcée.

La croissance de la demande en Europe s'accélère du fait d'un nouveau règlement qui renforce la directive 2001-83 CE.

"Les laboratoires pharmaceutiques devront être prêts pour le 9 février 2019", indique Nicolas Perrin.

Objectif ? Garantir très rigoureusement la qualité et l'authentification des médicaments en procédant à un contrôle et une vérification de l'intégrité des emballages jusqu'à la fermeture correcte des rabats ou la position des étiquettes. Les données sont enregistrées et transmises aux autorités de santé.

Il s'agit, en particulier, de lutter contre les médicaments (contrefaits ou de qualité inférieure) faussement étiquetés.  "Ils sont très difficiles à détecter", avertit l'Organisation mondiale de la santé (OMS) sur son site. Et aucune région du monde n'est épargnée par ces produits frauduleux vendus à la sauvette dans les rues, sur Internet. On les retrouve même dans les pharmacies et les hôpitaux.

Un marché français de 100 millions

Le lobbying pharmaceutique a freiné la mise en œuvre de ces nouvelles contraintes : elles représentent un surcoût sans apporter de valeur ajoutée. Toutefois, les grands groupes seront, a priori, équipés à la date fixée. Qu'en sera-t-il pour les façonniers qui attendront le dernier moment et seront en retard ? Le délai moyen d'un projet était de un an environ.

"Je pense qu'ils bénéficieront de dérogations à titre provisoire", anticipe Nicolas Perrin.

Le marché français est estimé à 100 millions d'euros. Et Antares Vision compte une dizaine de concurrents à l'échelle de l'Europe. Pour Sanofi, son premier client à l'échelle mondiale, le groupe, présidé par Emidio Zorzilla, s'est vu confier, en particulier, l'installation de quelque 400 modules.

D'autres perspectives

 "Nous sommes portés par l'industrie pharmaceutique, elle supporte nos coûts de recherche et développement", observe Nicolas Perrin.

Une fois la déferlante 2019 passée, l'entreprise italienne va cibler d'autres secteurs : la cosmétique (le luxe de grande série en général), l'alimentation ou encore la logistique.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :