Hospices Civils de Lyon  : retour à l'équilibre repoussé en 2019

 |   |  695  mots
(Crédits : Reuters)
Le 2 ème CHU de France creuse son déficit en 2015. Il finalise les discussions avec l'Agence régionale de santé de Rhône-Alpes pour reporter en 2019 son objectif  de retour à l'équilibre prévu en 2016.

« C'est une année un peu difficile et les deux prochains exercices le seront aussi  », concède Dominique Deroubaix, dg des Hospices Civils de Lyon (HCL). Le déficit d'exploitation s'est alourdi en 2015 : entre « 35 et  40 millions  ». Il avait été ramené à 22 millions en 2014.

En vertu du contrat signé avec l'Agence Régionale de Santé (ARS), en décembre 2013, le deuxième CHU de France aurait du atteindre un compte d'exploitation équilibré en 2016. « Les premières alertes sur les difficultés à tenir la trajectoire dans son intégralité datent de fin 2014 », notait l'ARS dans un communiqué daté du 3 juillet. L'aggravation de la situation, cette année, est imputée à la baisse de la T2A (tarification à l'activité) décidée par les pouvoirs publics dans le cadre du plan triennal ONDAM 2015-2017 pour freiner la croissance des dépenses de la Sécurité Sociale.

Audition par le Copermo

L'échéance 2016 aurait pu être tenue à condition de doubler les « efforts d'efficience » en portant à plus de 40 millions d'euros les économies à dégager chaque année. Les membres de la  CME (Commission médicale d'établissement), présidée par Olivier Claris, s'y sont catégoriquement opposés, fin juin, et les différents praticiens des hôpitaux lyonnais ont relayé cette position. Le principe du réexamen du CREF (contrat de retour à l'équilibre financier ) était dès lors acté, l'ARS reconnaissant les efforts consentis ces dernières années par l'institution . La direction des HCL a donc de bons espoirs d'obtenir un report de 3 ans (2019) de son engagement à équilibrer ses comptes. La cause a été « plaidée » le 24 novembre dernier devant le Copermo (comité interministériel et de la modernisation des soins).

100 millions d'investissement

Ce réétalement desserre l'étau budgétaire. En conséquence, «  nous pourrons continuer d'affecter 100 millions aux investissements annuels », souligne le dg. Toutefois, réorganisations et suppressions de postes vont se poursuivre « car nous ne pouvons pas nous exonérer de l'objectif fixé ». En 2015, les effectifs auront encore été allégés de « 90 équivalents temps plein. Et le mouvement continuera », reconnaît Dominique Deroubaix. Le regroupement, à l'horizon fin 2017 début 2018, de tous les blocs de chirurgie de l'hôpital Edouard Herriot au sein du nouveau pavillon H (120 millions d'euros), «nous fera gagner cent agents ». Les fondations du bâtiment ont démarré et c'est un des deux chantiers majeurs des HCL avec la lourde réhabilitation de l'hôpital cardiologique Louis Pradel (77 millions d'euros) programmée en quatre tranches jusqu'en 2021.

Les patients étrangers

Autre levier pour redresser les comptes : augmenter les recettes. « La patientèle étrangère est un sujet à la mode dont nous nous sommes saisis. Nous ne le découvrons pas car nous recevons 700 patients chaque année, 60 % viennent d'Europe et 40 % d'ailleurs », rappelle le dg. Pour mieux exploiter ce créneau, le conseil de surveillance, présidé par Gérard Collomb, a pris la décision de faire appel à des prestataires extérieurs, différents selon les pays. Des formules clé en mains (depuis le billet d'avion) incluant un prépaiement sur devis (tarifs majorés de 30 % par rapport aux Français) seront proposées par ces sous-traitants. Cet accueil s'effectuera sur la base du volontariat des services hospitaliers, est il précisé. Aucune création d'emplois n'est prévue, à ce stade.

Institut du vieillissement

La poursuite de la montée en puissance de la chirurgie ambulatoire (36 % aujourd'hui et 46 % visés à échéance 2019/2020) ; l'amélioration du processus d'accueil au niveau des consultations externes ou encore de nouvelles prestations (services de conciergerie proposés à l'hôpital de la Croix Rousse et assurés par Happytal) doivent concourir à accroître l'attractivité des HCL. Par ailleurs, le contrat passé avec Philips, dans le cadre du projet GOPI (gestion optimisée du parc d'imagerie), doit garantir aux radiologues un matériel toujours en bon ordre de marche et renouvelé. Enfin, en remplaçant le PAM (pôle d'activité médicale) de gériatrie par l'Institut du vieillissement, Dominique Deroubaix entend que «la communauté médicale dans son ensemble s'empare de cette question du vieillissement. Je suis convaincu que ce sujet modifiera en profondeur la société ».

Les HCL en chiffres

  • Budget : 1,7 milliard d'euros
  • Effectifs : 23 000 personnes

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 14/12/2015 à 11:27 :
Sur le même thème, à relire :
http://www.rue89lyon.fr/2015/07/21/chu-lyon-aucune-remise-en-question-retour-en-arriere/

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :