La cancérologie : environnement favorable aux startups de Rhône-Alpes

 |   |  457  mots
(Crédits : Laurent Cerino/ADE)
En 10 ans, le Cancéropôle Lyon Auvergne Rhône Alpes (CLARA) a enregistré une hausse de 200 % des installations d'entreprises ayant une activité dans la lutte contre le cancer.

Le Cancéropole Lyon Auvergne Rhône Alpes (CLARA) est l'un des sept cancéropoles initiés suite au premier plan cancer en 2003. Depuis sa création s'est construit un solide écosystème de 3 000 chercheurs, six centres hospitaliers et 70 entreprises à Lyon, Grenoble, Clermont-Ferrand et Saint-Etienne.

+ 200 % d'entreprises en oncologie

En 10 ans, le CLARA a enregistré une hausse de 90 % du nombre de chercheurs et de 200 % des installations d'entreprises ayant une activité en oncologie. En Rhône-Alpes, le nombre de brevets a progressé de 22 % sur la même période. À Lyon, la cancérologie est même devenue la première force scientifique avec 60 % de publications en plus depuis 2007 et  une part de 13,1 % des publications scientifiques françaises.

"C'est la conséquence de la structuration de la filière sur le plan scientifique et médical et d'un travail de maillage entre les forces de la recherche et les entreprises", explique Amaury Martin, secrétaire général du Clara.

Un effet levier d'ampleur

Le programme "preuve du concept" du CLARA a notamment permis de faire émerger de nombreuses sociétés de biotech. Depuis 2005, 39 projets ont été financés dont 22 à Lyon pour un montant de 14,6 millions d'euros de fonds publics. "Mais ces entreprises ont déjà réussi à lever plus de 240 millions d'euros de fonds privés, on voit bien l'effet levier", souligne Amaury Martin.

On peut citer l'exemple du succès d'Erythech Pharma et sa levée de fond record de 30 millions en 2014, mais également Edapt TMS et de jeunes pousses prometteuses comme Theodora ou MCCVax.

Cette stratégie du CLARA s'inscrit dans une volonté d'accélérer le passage de la recherche aux applications thérapeutiques. Un rapprochement avec LyonBiopole a été initié en ce sens.

Big data et bio informatique

La feuille de route 2015-2017 du CLARA réaffirme l'objectif de transfert des résultats de la recherche vers les entreprises, dans un objectif de développement économique du territoire.

"Nous devons être capable de repérer les jeunes chercheurs et les jeunes startups pour assurer la relève et orienter des créations d'emplois. L'idée est d'assurer que les traitements bénéficient le plus vite aux patients sur l'ensemble de la région", estime le Pr Véronique Trillet-Lenoir, directrice du CLARA.

Les nouveaux défis tournent autour de la médecine personnalisée, de la bio informatique et du big data. La collecte et la gestion des données médicales individuelles des patients va devenir un enjeu clé en cancérologie comme l'expliquait Jean-Yves Blay, directeur du Centre Léon Bérard, le 30 avril dernier sur notre site. Le CLARA va viser des rapprochements avec des gestionnaires de données et des entreprises spécialisées dans les modélisations informatiques.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :