Infarctus : la startup Magnisense révolutionne le diagnostic

 |   |  363  mots
(Crédits : Reuters)
La jeune biotech parisienne Magnisense dont le laboratoire de R & D est à Dardilly, dans le Rhône, a inventé un test ultra-rapide de l'infarctus du myocarde expérimenté à l'AP HP de Paris et à l'hôpital Lyon Sud. BpiFrance accompagnera la mise sur le marché du produit en apportant 1,2 million d'euros.

L'infarctus du myocarde fait partie des urgences médicales absolues. Tout ce qui peut raccourcir le diagnostic est crucial. La jeune société Magnisense, dont le siège est à Paris (4 personnes) mais les équipes de R & D, à Lyon (10 docteurs, ingénieurs et techniciens), finalise le développement d'un test ultra rapide, de cette maladie cardio vasculaire,  reconnu comme une innovation de rupture par BpiFrance. La banque publique d'investissement vient ainsi de lui accorder un financement de 1,2 million d'euros, sur deux ans,  sous forme d'avances remboursables. « BpiFrance nous aide à accélérer la mise sur le marché. Nous allons entrer dans la phase d'enregistrement pour obtenir le marquage CE », se réjouit Lyse Santoro, dg  de la biotech.

20 brevets déposés

Le produit, MIAtek, se compose, d'une part, d'un lecteur (petit automate) et, d'autre part,  de consommables (pour tester trois marqueurs de la maladie dans le sang).  Magnisense s'est constitué à partir de l'invention d'un physicien Petr Nikitin, membre de la Russian Academy of Sciences, repérée par un investisseur (Jean-Marie Billiotte). « De 2008 à 2013 nous avons travaillé sur la mise au point de la technologie qui utilise les nanoparticules magnétiques ainsi que du lecteur. Nous sommes ensuite passés à la biologie et c'est alors que nous avons décidé de nous concentrer sur les maladies cardio-vasculaires », explique Lyse Santoro. « Notre portefeuille de 20 brevets, répartis en 5 familles, assure une protection de nos produits jusqu'en 2027/2028 », insiste la dg.

Sur le marché en 2016

Le dispositif de petite taille se transporte dans le sac à dos d'un médecin urgentiste. Il peut ainsi procéder aux tests sur place et gagner un temps considérable : en 15 minutes les résultats des prélèvements sanguins seront connus. Le test est expérimenté par l'AP-HP de Paris et l'hôpital Lyon Sud (Hospices Civils de Lyon). Sa commercialisation est prévue en 2016. L'installation du laboratoire de R & D, dans de nouveaux locaux, à Dardilly, dans le Rhône, inaugurés le 30 janvier, ouvre cette nouvelle page de la société. En six ans, elle a déjà levé 12 millions d'euros auprès de deux principaux investisseurs : Patrick Voisin (via sa structure Concorde Capital) et Daniel Bernard (Provestis).

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :