[Textile, la nouvelle génération 5/5] Freegun : la marque coqueluche des ados européens

 |   |  572  mots
La stratégie Freegun : habiller les sportifs pour toucher les adolescents
La stratégie Freegun : habiller les sportifs pour toucher les adolescents (Crédits : RIOTHOUSE)
En moins de 10 ans, le Drômois Freegun a révolutionné le marché du sous-vêtement masculin fantaisie. Avec ses boxers moulants, amusants et décalés en microfibre, la marque, propriété de la SAS Textiss, s'est imposée comme le premier acteur français du secteur.

Coupes classiques (slips ou caleçons), coloris unis (bleu, noir, gris, blanc) ou à légers motifs (rayures), matière unique (coton majoritaire)... avant les années 2000, le marché des sous-vêtements masculins n'était pas marqué par l'extravagance. Seules quelques grandes marques, haut de gamme, proposaient des produits innovants, mais peu abordables.

Microfibre et ceinture large

Jusqu'à l'arrivée, en 2007, d'un boxer à la ceinture large, en microfibre de bonne qualité, mais au tarif abordable. L'idée est née au retour d'un voyage en Chine, où Sylvain et Sophie Caire, fondateurs de la Sas familiale Textiss, fabricants de sous-vêtements pour les centrales d'achat et la grande distribution, imaginent une nouvelle gamme de sous-vêtements à partir d'un tissu microfibre, déclinable, aux coloris variés et aux motifs infinis. Vendus dans un premier temps chez les discounters, le succès attire les regards des grandes surfaces.

"Nous avons choisi Freegun en référence à la liberté, pacifique, de porter des vêtements différents. Désormais, nous sommes devenus la première marque française du marché du sous-vêtement masculin fantaisie", souligne Benjamin Caillaud, directeur de la communication et du marketing de Textiss.

Lire aussi : [Textile, la nouvelle génération 4/5] Madie France dans le grand bain

Si la SAS, basée à Chateauneuf-du-Rhône (26), réalise encore 70 % de son chiffre d'affaires dans la vente de boxers (38 millions d'euros de chiffre d'affaires en 2015, 44 salariés), elle a diversifié sa gamme. Désormais, sweats, chaussures, montres arborent le style Freegun. Au total, la PME écoule 10 à 12 millions de pièces par an en Europe dans les grandes surfaces, mais aussi dans les magasins spécialisés, une dizaine de boutiques dans le monde et via des sites de vente en ligne.

14 licences de marques

Pour séduire les adolescents, prescripteurs auprès de leurs parents, Freegun associe son savoir-faire à des marques puissantes. Elle détient, en moyenne, 14 licences allant des bonbons (Chupa Chups, Habribo) à l'univers des jeux vidéos (Assassin's Creed d'Ubisoft, les Lapins crétins ou l'actuel jeu à la mode Pokemon).

L'année dernière, la marque avait réussi à séduire le très sélectif Disney en pleine sortie du film Star Wars en proposant une version 3D de ses caleçons. A la rentrée 2016, elle sortira un coffret avec un caleçon à colorier, fournis avec des feutres à tissus et vient de lancer son site de vente pour boxers personnalisés, avec ses propres photos ou dessins.

"Nous innovons chaque année. Mais pas forcément dans la matière. L'innovation, c'est aussi fidéliser, amuser, marquer les esprits et rester en décalage avec nos concurrents", poursuit Benjamin Caillaud.

Adolescent deviendra grand

Autre stratégie : miser sur les sports extrêmes. Peu connus du grand public, ces sportifs sont très appréciés des adolescents, qui les suivent en masse sur les réseaux sociaux.

À son actif : l'espagnol Pedro Moreno, star du FMX (vélo freestyle), Mike Kaufmman, champion français de drift (course de voiture) ou bien encore Julien Welsch, le champion de stunt (acrobaties à moto) ou Ucchie (BMX).

Mais les adolescents grandissent. Pour capitaliser sur ce public et les fidéliser, la marque complète sa gamme avec un produit plus classique en terme de coloris même si elle a travaillé sur des couleurs plus actuelles, misant sur une microfibre retravaillée, dans son aspect comme au toucher. Et ainsi proposer des Freegun de 4 à 77 ans.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :