Big data : Ubiquick passe au crible 350 secteurs d'activités

 |   |  407  mots
Quatre lyonnais derrière Ubiquick : Benjamin Carpano, PDG, Karim Cadi, directeur technique, Nicolas Bombourg, directeur général et Julien Goncalves, directeur de la R&D
Quatre lyonnais derrière Ubiquick : Benjamin Carpano, PDG, Karim Cadi, directeur technique, Nicolas Bombourg, directeur général et Julien Goncalves, directeur de la R&D (Crédits : DR)
Spécialiste de l'agrégation d'études de marché économique, l'éditeur lyonnais Ubiquick renforce son offre auprès des grandes entreprises et cabinet d'audit. Il espère ainsi doubler son chiffre d'affaires d'ici à quatre ans.

Chaque jour, quelques milliers d'études publiques (statistiques, données, rapports) sont mises en ligne sur internet. Si Google permet d'accéder à ce type d'information gratuitement, elles sont parfois difficiles à identifier.

Quelques éditeurs ont mis au point des moteurs de recherche spécifiques et spécialisés dans la détection de ces données. Parmi eux, le lyonnais Ubiquick, qui a réussi à imposer sa plateforme, reportlinker.com, aux côtés du japonais Global Information ou de l'américain marketresearch.com.

Gagner du terrain sur Google

Objectif affiché : faire gagner du temps aux utilisateurs grâce à cette plateforme unique de recherche via des mots-clés proposant une vue rapide du sujet avant le téléchargement définitif.

"Quatre linguistes et économistes travaillent en permanence sur les mots clés pour être à l'affût des tendances afin de se détacher de Google et de ses algorithmes", souligne Nicolas Bombourg, directeur général du groupe Ubiquick.

Lancé en 2007, le site s'appuie sur une base de données de quatre millions de documents et compte 4 000 abonnés sur une formule d'abonnement au mois. Il produit des analyses sur 350 secteurs d'activités.

97 % du CA à l'export

Si Ubiquick (48 salariés dont 45 basés à Lyo,n le reste étant réparti à Oxford, Londres et Francfort) a réussi à convaincre, c'est grâce à son moteur 100 % anglophone. Il réalise ainsi 97 % de son chiffre d'affaires (8 millions d'euros en 2015) à l'export, en priorité aux États-Unis.

Le lyonnais vient de déménager dans de nouveaux locaux à Confluence pour intégrer ses nouvelles équipes (dix recrutements en six mois) et appuyer son nouveau développement. Il affiche ses ambitions :

"Nous comptons doubler notre chiffre d'affaires actuel d'ici à quatre ans", indique le directeur général.

Findout.com, une nouvelle plateforme de recherche de donnée

Pour se développer, il compte en partie sur sa nouvelle plateforme, findout.com, qui intègre une combinaison de données publiques non structurées, des fichier excel issus de sources publiques et de bases statistiques. Un investissement de 2,5 millions d'euros pour un produit développé en interne (la R&D représente un quart des effectifs).

Avec ce nouveau produit, l'éditeur cible des entreprises de 500 millions d'euros de chiffre d'affaires, des spécialistes de la R&D et de gros cabinet de conseils.

Il compte ouvrir des bureaux commerciaux près des de ses clients. Avec, pour 2016, les États-Unis en ligne de mire.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :