Emmaüs, quand la reconstruction passe par le travail

 |   |  1793  mots
Olga, compagnonne au sein d'Emmaüs Lyon.
Olga, compagnonne au sein d'Emmaüs Lyon. (Crédits : Laurent Cerino / ADE)
Lorsque l'abbé Pierre crée les communautés d'Emmaüs en 1954, il est sans doute loin d'imaginer qu'elles deviendront des associations très structurées réalisant, pour certaines, plusieurs millions d'euros de chiffre d'affaires. Si elles présentent des caractéristiques proches de celles du monde de l'entreprise, les valeurs de solidarité et la faculté de maintenir et de développer l'esprit de communauté en font les dissemblances, au prix parfois de tensions. Reportage à Lyon - alors qu'Emmaüs Défi célèbre ses 10 ans d’existence ce mardi 3 octobre -, où les compagnons, souvent durement marqués par la vie, tentent de se reconstruire par le travail.

Pour lire cet article en accès libre, profitez de notre offre d'essai d'un mois gratuit http://bit.ly/ActeursFullAccess.

Ne dites pas qu'Emmaüs fonctionne comme une entreprise, au risque de vous...

Article réservé aux abonnés

Achetez l'article
Pour
5.00TTC
J'achète
Vous n'êtes pas abonné ? Abonnez-vous
Accéder
Déjà inscrit ou abonné ? Connectez-vous
Se connecter

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :