Economie circulaire  : une déchetterie fluviale va s'amarrer à Lyon

 |   |  450  mots
(Crédits : DR)
Un consortium piloté par Suez Recyclage et Valorisation inaugurera demain à Lyon un nouveau service de déchetterie fluviale. Baptisé River'Tri, ce dispositif sera expérimenté pendant deux ans sur les quais de Saône, en plein centre-ville.

Fini les galères du week-end à la déchetterie. Un consortium réunissant Suez, l'énergéticien CNR, les Voies navigables de France et l'opérateur de transport fluvial CFT lanceront demain un tout nouveau concept de déchetterie fluviale. Annoncé en 2014, lors de la précédente édition de Pollutec, le dispositif se targue d'offrir aux résidents de centre-ville un service de proximité, installé sur les quais de Saône. Présentée comme une première européenne, l'expérimentation est en réalité une évolution d'un concept déjà testé en 2010 à Boulogne dans les Hauts-de-Seine.

"Le projet River'Tri va plus loin, argumente Laurent Sulkowski, directeur général délégué de Suez Recyclage et Valorisation à Lyon. Les usagers pourront charger directement leurs déchets dans la barge grâce à un système innovant de chargement. Il ne s'agit pas d'une simple déchetterie mobile posée sur le quai."

Chaque samedi matin, la barge accostera quai Fulchiron (Lyon 5e) et sera déchargée chaque samedi soir au Port de Lyon, où les déchets seront acheminés sur des sites de valorisations.

Décongestionner les déchetteries de l'agglomération

Pour la métropole de Lyon, partenaire financier du projet à hauteur de 400 000 euros (sur un budget global de 2,4 millions d'euros pour deux ans), ce projet pourrait être une des solutions qui permettra de décongestionner ses dix-huit déchetteries, et plus particulièrement ses deux sites intra-muros. Initialement dimensionnés pour recueillir 6 000 tonnes de déchets par an, ceux-ci traitent aujourd'hui près du double.

River'Tri n'ambitionne pour l'instant de collecter que 1 000 tonnes de déchet par an, mais à terme, cela pourrait devenir une véritable alternative.

rivertri2

D'autres applications de ce concept, notamment dans le transport de marchandises, sont également envisagées par les partenaires qui lorgnent déjà sur d'autres agglomérations françaises et européennes traversées par des fleuves. Evidemment sous réserve que la quantité de déchets recueillis, la qualité du service, mais surtout l'équilibre financier du projet soit concluant au terme de l'expérimentation.

Pendant deux ans, le projet sera donc évalué à travers plusieurs études d'impacts qui définiront à terme la viabilité du dispositif.

Une péniche zéro émission

Si le succès était au rendez-vous, le consortium prévoit même d'adjoindre au pousseur de la barge, un moteur électrique zéro émission. Fonctionnant à l'hydrogène sur le principe de la pile à combustible, il pourrait être rechargé au Port de Lyon via la station de distribution d'hydrogène vert implantée dans le cadre du projet Hyway. Initialement prévue pour recharger des véhicules utilitaires, la station trouverait ainsi un autre débouché.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :