Labaronne-Citaf : quel repreneur pour le champion des réservoirs souples ?

 |   |  523  mots
Crédits photos : Solidarités international
Crédits photos : Solidarités international (Crédits : DR)
Ce leader français des citernes souples de stockage de l'eau et autres liquides, placé en redressement judiciaire le 5 juillet 2016, a retrouvé des comptes positifs. La date limite du dépôt des candidatures pour Labaronne-Citaf a été fixée au 27 février.

Labaronne-Citaf qui évalue encore à 50 % sa part du marché français des citernes souples pour le stockage de l'eau, engrais liquides, hydrocarbures, etc., a été mise en vente. La société sise à Pont-Évêque, en Isère, a été placée en redressement judiciaire par le tribunal de commerce de Vienne le 5 juillet 2016 tandis que FICIL, le holding de tête, a fait l'objet d'une procédure de sauvegarde ouverte à la même date.

La recherche d'un repreneur s'effectue par le biais d'un appel à candidatures lancé par l'administrateur judiciaire (Eric Etienne-Martin) pour acquérir le bloc majoritaire (plus de 50 %) détenu par Denis Aubel, président de FICIL, et deux autres administrateurs Paul Rochefort et Jean-Louis Sénéclauze, tous septuagénaires.

Le reste du capital est entre les mains d'autres actionnaires amis (en particulier François Turcat président de la CGPME du Rhône), de deux cadres et de Bpifrance (sous forme d'obligations convertibles).

Plan d'économies drastique

Une vingtaine de marques d'intérêt ont donné lieu à une demande de retrait de dossiers. Combien seront-ils à concrétiser une proposition devant inclure la reprise de l'endettement du holding en plus de la dette de la Labaronne Citaf ? Réponse le 27 février date limite fixée pour la remise des offres.

Cette société a aujourd'hui retrouvé des comptes équilibrés. Benoît Balandras, directeur général de la PME depuis fin 2015, table en 2016 sur 0 à 25 000 euros de bénéfice pour un chiffre d'affaires ramené à 6,9 millions d'euros. En 2015, les ventes s'étaient établies à 8,9 millions d'euros accusant 0,6 million de pertes imputables, entre autres, à une baisse de l'activité à l'exportation. Les effectifs ont été réduits à 35 salariés aujourd'hui, contre 48 personnes fin 2015.

"Nous avons également agi sur d'autres dépenses, les salons ou encore les déplacements", indique le DG.

France et pays proches

"L'année 2017 se présente bien", considère Benoît Balandras. Il anticipe un maintien des revenus globaux assurés pour 60 % par les commandes françaises. A l'étranger (40 % des recettes ) la PME s'est recentrée sur les marchés proches : Afrique du Nord et Europe. Elle a fermé, fin 2015, sa filiale chilienne basée à Santiago de Chile et qui, pendant la période faste, enregistrait des contrats de plusieurs dizaines voire quelques centaines de citernes destinées aux exploitations minières. Parallèlement les équipes de Labaronne Citaf ont renoué avec l'innovation et préparent un nouveau produit pour l'été.

"Il faut que l'équipe comprenne que nous avons les moyens de remonter la pente", exhorte le DG.

Quelques chiffres
- La Labaronne Citaf a été créée en 1959 en Algérie et porte le nom de son fondateur
- Les événements liés à l'indépendance l'obligèrent à rejoindre la France, d'abord à Tours puis Vienne en 1972
- La société part de rouleaux PVC qu'elle soude.
- Elle écoule plus 3000 réservoirs souples par an.
- Ses principaux débouchés : le stockage de l'eau pour les ONG sur le terrain (20 %), le stockage de l'eau de process (par exemple arrosages des grumes de bois) et réserves incendie (25 %), stockage d'eau, d'engrais liquides et effluents pour l'agriculture (25 %).

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :