Comment Bluestar Silicones veut surfer sur la 3D

 |   |  31  mots
(Crédits : DR)
Le chimiste spécialisé dans la production de silicones veut se hisser de la cinquième à la troisième place mondiale. Issu de la reprise en 2007 des activités silicones de Rhodia par le chinois ChemChina il mise à la fois sur la croissance organique et des acquisitions pour grossir sur ce marché dynamique estimé à 15 milliards de dollars à l'échelle de la planète.

Se faire greffer une oreille ou un nez en élastomère silicone modelés sur-mesure par une imprimante 3D sera vraisemblablement possible demain. C'est au sein de son laboratoire d'excellence mondial...

Article réservé aux abonnés

Achetez l'article
Pour
5.00TTC
J'achète
Vous n'êtes pas abonné ? Abonnez-vous
Accéder
Déjà inscrit ou abonné ? Connectez-vous
Se connecter

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :