Textile : "Le marquage d'origine des produits finis est bloqué par des lobbies"

 |   |  263  mots
(Crédits : DR)
Vice président de l'Unitex (Union inter-entreprises textile Lyon et région) et président du groupe Cheynet, Grégoire Giraud dénonce l'absence d'obligation de préciser l'origine géographique des produits finis dans le textile. Il souhaitait que ce sujet soit évoqué une nouvelle fois lors de la 5e convention Euratex (European apparel and textile confederation), qui s'est déroulée à Lyon ce jeudi.

Acteurs de l'économie-La Tribune. Les professionnels français du textile que vous représentez réclament le marquage d'origine des produits textiles finis commercialisés en Europe. L'étiquetage "made in" n'est-il pas suffisant ?

Grégoire Giraud. Le "made in" est un label facultatif et une bonne chose. Toutefois, ce n'est pas suffisant. Dans le textile il n'y a toujours pas, à ce jour, d'obligation de préciser l'origine géographique du produit fini, le pays où a eu lieu sa dernière transformation. En l'occurrence pour un vêtement ou un sous-vêtement la zone où il a été confectionné. C'est une aberration.

Ce combat remonte à des années. Qu'est-ce qui fait barrage ?

Oui depuis des années nous nous mobilisons pour ce marquage d'origine. La Commission européenne a pris conscience de cet impératif d'informer le consommateur à ce propos. Elle a proposé au Parlement européen de voter cette disposition dans le cadre d'un "paquet sécurité". Les parlementaires l'ont adopté à plus de 75 % des voix (483 pour, 130 contre et 27 absentions) en avril 2014. Mais la décision du Parlement n'est que consultative. Depuis plus de deux ans et demi, cette décision est bloquée par les pays membres qui doivent donner leur accord à la majorité qualifiée.

Quels pays s'y opposent ?

Ce marquage est bloqué, sous l'influence des lobbies que cela gêne, par les pays qui ont une industrie textile faible. En conséquence, le consommateur est privé de l'information lui permettant de choisir le produit confectionné à proximité et pouvant répondre, de sa part, à des exigences sociales ou environnementales.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :