Et si Total quittait Lyon ?

 |   |  2927  mots
Incident technique à la raffinerie Total de Feyzin, jeudi 8 décembre. Photo prise par Yannick Devesvre, photographe chasseur d'orages.
Incident technique à la raffinerie Total de Feyzin, jeudi 8 décembre. Photo prise par Yannick Devesvre, photographe chasseur d'orages. (Crédits : Yannick Devesvre)
Alors qu'un incident technique s'est déclaré jeudi 8 décembre, sur la raffinerie Total de Feyzin, obligeant le groupe français à activer une torche dégageant une fumée noire visible à plusieurs kilomètres et aux conséquences environnementales certaines – qui viennent s'ajouter à l'épisode de pollution que connaît le territoire, Acteurs de l'économie-La Tribune pose la question d'une éventuelle fermeture du site. Les sombres rumeurs sur l'avenir de la plateforme pétrochimique pourvoyeuse de près de 3 000 emplois (in)directs, ne sont pas nouvelles. L'actualité sociale, le contexte de la filière et la stratégie du groupe les exacerbent toutefois, et inquiètent les pouvoirs publics locaux. Un sujet hautement sensible. Aujourd'hui fiction, le spectre n'est pas, à moyen terme, une illusion. Pour quelles conséquences ? Et quelles ripostes ?

Article mis à jour le 9 décembre

L'annonce n'avait fait qu'ajouter un peu plus d'huile sur le feu... et fait craindre le pire. Le 24 mai, alors que des manifestations contre la loi travail se...

Article réservé aux abonnés

Achetez l'article
Pour
5.00TTC
J'achète
Vous n'êtes pas abonné ? Abonnez-vous
Accéder
Déjà inscrit ou abonné ? Connectez-vous
Se connecter

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 02/08/2017 à 12:40 :
Peu importe que ce soit Elf ou Total. Nous sommes 2017, la raffinerie continue d'envoyer dans notre air des rejets qui ne sont point pour améliorer nos santés, celles de nos familles, celles de nos voisins etc... Maintenant des "dirigeants pleins d'attentions ou d'intentions ....." au nom de la sécurité veulent que la pépinière qui est dans l'île sur des terrains de la Compagnie Nationale du Rhône dégage ...." . Et oui cette pépinière est en grande partie dans les premiers périmètres Seveso. Réveil plus que tardif, des années après l'explosion, marrant il y a aussi une usine, des habitats. En réalité se préparent de grandes opérations immobilières donc financières.; Le premier pas est de faire vider les lieux ..... puis en un second temps de récupérer d'énormes capacités financières par les terrains très bien placés au sud de Lyon, sans les retombées polluantes qui depuis des années empoissonnent des milliers de personnes .....
a écrit le 15/09/2016 à 13:31 :
le raffinage est plus sur la sellette je pense, si on en juge par les greves des ouvriers nantis de ce secteur contre la loi el khonnerie qui ne les concerne finalement pas!
quand on fait des trous dans la coque, faut pas pleurer quand le bateau coule
a écrit le 13/09/2016 à 19:57 :
Ce n'est certainement pas l'augmentation de la part de marché des voitures électriques qui est à l'origine de la baisse des ventes car celle-ci reste marginale. La part des véhicules hybrides est plus importante, mais c'est avant tout la baisse de consommation de l'ensemble du parc automobile qui est derrière la baisse des ventes et ce grâce à l'amélioration des moteurs et à la disparition des plus vieux modèles d'occasion qui étaient des gouffres à essence. Aussi n'oublions pas les gouffres à essence que sont les poids lourds. Par contre à moyen-long terme, la part de marché des véhicules électriques va augmenter et cela aura bien sûr un impact important.
a écrit le 13/09/2016 à 15:41 :
Total n'a plus en France que des activités très résiduelles dans le domaine de la recherche et l'exploration pétrolière. Ajoutons un climat politique très agressif envers les pétroliers et des perspectives fiscales plus douces à l'étranger.

Depuis la fusion avec Elf, Total s'est largement émancipé du pays qui l'a vu naître et internationalisé, que ce soit du point de vue de son capital que de ses cadres. Il ne reste plus tellement de temps avant que la tour de la défense parte vers les Pays Bas où les gens roulent en vélo mais ne sont pas anti-pétrole par principe et refusent de diaboliser les énergies fossiles.
a écrit le 13/09/2016 à 13:39 :
fermer les raffineries d'un pays au prétexte qu'elles ne sont pas compétitives, ça revient un peu (beaucoup) à remettre la sécurité de son approvisionnement énergétique entre les mains de ses voisins. C'est "rentable" tant qu'on s'entend bien avec les voisins...En cas de brouille, il faudra quand même prévoir des vélos et des chars à boeuf...Mais il ne faut pas s'inquiéter n'est ce pas ?
a écrit le 13/09/2016 à 11:51 :
C'est le moment pour les élus de commencer sérieusement à faire preuve d'imagination et si TOTAL part c'est peut-être également l'occasion de lui faire payer sur le plan national un peu plus de charges et taxes afin de réorienter cet argent dans cette région pour y trouver des solutions.

Tant que les actionnaires sont gras et puissants il n'y a aucune raison de se faire du soucie pour eux, ce sont pour les salariés qu'il faut s'inquiéter.

Je vois un exemple dans ma région d'une usine, polluante, qui employait 1200 salariés, les propriétaires se succédant à sa tête n'ont jamais caché leur volonté de partir petit à petit, ce sont les élus qui sous des prétextes politiciens affirment que tout va bien, se fut d'abord les activités polluantes et maintenant c'est l'activité tout court, les machines seront transférées en Bulgarie, les décideurs de l'entreprise ayant même prévenu il y a 4 ans que dans moins de dix ans l'entreprise serait définitivement fermée.

Qu'ont fait les élus pour l'emploi dans la région ? Rien, ils ont détourné l'énorme quantité d'argent que versait l'entreprise à la commune, ils l'ont distribué à leurs copains entrepreneurs locaux et à eux-même sans n'avoir jamais eu une seconde l'idée d'investir cet argent pour l'emploi local.

Que font ils actuellement ? Toujours rien, ils détournent moins l'argent parce que yen à moins qui tombe, il n'y a plus que 480 salariés, mais continuent de ne pas penser à l'avenir des futurs chômeurs annoncés. La ville, créée autour de l'usine, crève mais ils s'en foutent. Et autant les anciens élus étaient vraiment corrompus autant ceux-là sont d'abord incompétents car stupides mais le résultat est strictement le même.
a écrit le 13/09/2016 à 11:21 :
Chômage écologique et air pur à la carte.

Bienvenus en Écologie.
Réponse de le 13/09/2016 à 13:10 :
Qui veut respirer de l'air pollué ? Ceux qui ne vivent pas aux alentours.

Faites attention au pseudo que vous portez, Voltaire était un esclavagiste certes mais par contre il n'était pas de mauvaise foi.
a écrit le 01/09/2016 à 15:46 :
Il n'embauche pas local, le chômage en hausse .

Tant mieux pour l'environnement!
a écrit le 31/08/2016 à 17:12 :
Une installation de risques majeurs, en moins, proche d'une très grande ville.
"voir Feyzins 1966''
Réponse de le 04/09/2016 à 11:44 :
entre emploi et risque il faut choisir,on nous dis tout et son contraire .il faut être vigilant sur les risques industriels bien sur mais aussi vis à vis dr l'emploi
Réponse de le 13/09/2016 à 11:37 :
@ marvan

L'emploi au prix de la santé humaine, quel intérêt ?

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :