Jean-Dominique Senard, un dandy chez Bibendum

 |   |  1850  mots
(Crédits : Thierry Gromik)
Le 11 mai 2012, Jean-Dominique Senard prenait seul les rênes du groupe Michelin, et devenait le premier gérant à ne pas appartenir à la dynastie clermontoise. Depuis ses débuts chez Total, l’homme cherche à appliquer des « principes de respect et d’humanité » et à équilibrer rigueur de gestionnaire et préoccupation de dialogue social. De quoi honorer l'ADN du groupe de 110 000 salariés.

Qu'il descende d'un avion avec neuf heures de décalage horaire ou qu'il préside l'assemblée générale annuelle des actionnaires à Clermont-Ferrand, Jean-Dominique Senard est toujours impeccable....

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :