Renault Trucks : la CFE-CGC ne veut pas de licenciements secs

 |   |  270  mots
Manifestation des salariés de Renault Trucks à Lyon en juin dernier
Manifestation des salariés de Renault Trucks à Lyon en juin dernier (Crédits : Laurent Cérino/ADE)
Direction et syndicats de Renault Trucks se retrouvent mercredi pour de nouvelles discussions autour du plan de sauvegarde de l'emploi. La CFE-CGC estime que le groupe a les moyens d'éviter des licenciements secs.

La mobilisation se poursuit chez Renault Trucks. La CFE-CGC appelle les salariés a manifester ce mercredi à 10 h 30 devant le site de l'entreprise à Vénissieux (Rhône). Une réunion de négociation est prévue le même jour entre les syndicats et la direction concernant le plan de sauvegarde de l'emploi qui doit toucher environ 480 personnes.

La CFE-CGC réclame toujours du groupe AB Volvo, maison mère de Renault Truck, une évolution du plan avec "des mesures négociées permettant l'absence de licenciements contraints".

Une rentabilité suffisante ?

Dans un communiqué le syndicat rappelle : "que la rentabilité du groupe AB Volvo a été bonne au 2° trimestre (9,6 %) et encore meilleure en juillet. L'écart de rentabilité avec les concurrents se réduit."

"Dans ce contexte, il n'est pas tolérable que le groupe Volvo mette en œuvre des licenciements secs. La direction a les moyens de revenir sur ses positions. Il y a suffisamment d'argent qui rentre actuellement dans le groupe pour éviter des licenciements secs", souligne Olivier Porret, délégué syndical CFE-CGC.

La direction pourrait faire de nouvelles propositions à l'issue de cette réunion. Sur les 512 suppressions de postes, au moins 70 licenciements secs seraient envisagés selon nos informations.

Une demande d'engagement pour l'avenir

Un comité central d'entreprise est par ailleurs fixé jeudi. La CFE-CGC demande également au groupe suédois : "des engagements pour l'avenir permettant la pérennité du Groupe Volvo en France ainsi que "des ambitions industrielles et commerciales fortes".

Le 9 juin dernier plus d'un millier de salariés de Renault Trucks avaient défilé dans les rues de Lyon contre ce plan social.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :