SLAT veut sécuriser l'alimentation des bâtiments à énergie positive

 |   |  450  mots
(Crédits : DR)
SLAT concepteur et fabricant lyonnais de batteries assurant la continuité de l'alimentation électrique  amorce un virage avec un nouveau produit. L'entreprise qui dit consacrer 12 % de ses revenus à la R & D vise un doublement de son activité à l'horizon 2020 en misant sur les bâtiments à énergie positive et les smart cities.

Les systèmes d'alimentation électrique de la société lyonnaise SLAT sont présents à l'Elysée, à la tour Eiffel, dans les métros de Paris ou Dubaï. Ils prennent le relais du réseau électrique, en cas de défaillances, pour les applications liées au contrôle d'incendie et au contrôle d'accès, en particulier. L'entreprise, qui à son origine, en 1953 était spécialisée dans les appareillages téléphoniques, a pris, en 1960,  le virage de son métier d'aujourd'hui et se revendique leader européen.

« Nous sommes en train de faire évoluer notre modèle à partir de nos technologies lithium-ion présentant de nombreux avantages par rapport au plomb eu égard au poids, à la durée de vie sans parler de l'acceptation. Nous voulons sortir, un peu, de notre métier d'équipementier et saisir les opportunités qui s'ouvrent dans le domaine des bâtiments intelligents et à énergie positive », explique François Duchateau, directeur général.

12 % du CA consacrés à l'innovation

Les équipes de SLAT - « 12 % » des recettes consacrées à la R & D- ont commencé à travailler il y sept ans sur ces batteries lithium-ion, adaptées à cet usage, et revendique « 10.000 unités installées, principalement en France. « Ils servent notamment pour la vidéo surveillance urbaine dans les communes périphériques des grandes villes où les caméras sont branchées sur les poteaux d'éclairage. Et nos batteries se rechargent la nuit. Nous venons de remporter un appel d'offres pour la couronne parisienne » , poursuit François Duchateau.

La PME, basée à Champagne-au-Mont d'Or, dans le Rhône, lance la commercialisation d'un nouveau produit, « Safe DC », développé avec des partenaires. Guère plus gros qu'un savon il sera officiellement présenté au salon IBS (Intelligent Building) le 7 et 8 octobre prochain à Paris.

30 millions de revenus en 2020

« Le photovoltaïque va se généraliser dans les bâtiments de demain. Or ces énergies sont plus aléatoires que les énergies traditionnelles et les ruptures d'approvisionnement locales seront donc exacerbées. Ces batteries de petite taille pourront être installées au plus près des immeubles et non plus sur un point centralisé », détaille le directeur général

. Moyennant quoi, ce dirigeant, arrivé en 2014, vise 30 millions d'euros de revenus en 2020 dont 1/3 assuré par le nouveau produit. En 2014 il annonce avoir réalisé « 16 millions de chiffre d'affaires et 15 % de résultat d'exploitation » avec 70 collaborateurs en France et dans la filiale allemande. SLAT, ex filiale de 3 M, a pris son indépendance en 2009 dans le cadre d'un premier LBO (opération avec recours à l'endettement) suivi d'un second, en 2014. Le fonds parisien Ciclad est désormais l'actionnaire majoritaire aux côtés de sept managers.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 07/07/2015 à 15:52 :
Fantastique cette alimentation

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :