Startup weekend : une édition spéciale nourriture pour faire bouger les lignes

 |   |  582  mots
(Crédits : CC 2.0 by jpoiraud)
La 9ème édition du startup weekend Lyon se focalisera sur le thème de la nourriture. Créé afin d'initier à l'entrepreneuriat ou pour permettre à des porteurs de projets de structurer leurs idées, il répond cette fois-ci à une problématique supplémentaire : rapprocher jeunes startups du secteur alimentaire avec les acteurs enracinés. En arrière-cuisine, il participe à la réflexion globale sur les modes de consommations de la planète.

Un peu d'innovation autour et dans vos assiettes ? La 9ème édition du startup weekend Lyon s'ouvre ce vendredi soir jusqu'à dimanche, à l'école d'agroalimentaire de l'Isara. Pendant 54 heures, entre 60 et 80 personnes - porteurs de projets, étudiants, professionnels, contributeurs, curieux-, plancheront sur le thème du "food". Il s'agit de réfléchir à des projets de business liés à l'alimentation, la gastronomie, l'agroalimentaire, la nutrition ou la restauration. Cet événement doit également permettre le rapprochement des jeunes pousses avec les grands comptes enracinés du secteur, du cuisinier reconnu à l'acteur industriel.

Créer un pont entre startups et acteurs établis

En effet, l'idée de la "food edition" a germé lors du Sirha 2015. Grande messe de la gastronomie et de l'hôtellerie mondiale, cette réunion, hébergée à Lyon tous les deux ans, n'était visiblement pas accueillante pour les petites paroisses : "Les startups ou les jeunes porteurs de projets ont eu des difficultés à rencontrer les acteurs établis du secteur. Il n'y avait pas de liens entre ces deux mondes. C'est dommage, car à Lyon, il y a un fort potentiel de synergies", avance Judith Kreyder, coorganisatrice de ce week-end.

En dehors de cette manifestation majeure, ce constat se confirme. Il fallait donc faire bouger les choses. "Notre ambition est ainsi de créer un pont entre ces différents acteurs", poursuit-elle. A ce titre, certains grands comptes, à l'instar de la cité du chocolat Valrhona, ont décidé de s'associer à l'initiative.

Dédramatiser l'approche entrepreneuriale

La volonté du startup weekend est renforcée par le dynamisme existant dans le domaine de la nourriture/gastronomie. C'est un secteur prisé pour se lancer dans l'aventure entrepreneuriale. "De plus en plus de projets de création voient le jour. Mais aussi, il y a de nombreuses reconversions professionnelles qui s'effectuent dans la restauration", explique la diplômée de l'IAE Lyon.

Startup weekend

L'idée est aussi de dédramatiser l'approche entrepreneuriale, en démontrant que créer ne résulte pas forcément d'un grand bouleversement ou d'une révolution, mais peut simplement répondre à un besoin. C'est dans cette optique que l'Isara s'est associée à l'événement, l'école souhaitant renforcer l'esprit d'entreprendre au sein de son établissement.

Cependant, certains participants plus aguerris viennent sur ce genre d'événement pour tester leurs idées initiales."Ils souhaitent se frotter à une première réalité en cherchant à valider le potentiel de leur projet avec l'ambition pour certains, de sortir avec un produit minimum viable", détaille Judith Kreyder.

Et cette édition pourrait bien réserver des surprises dans ce domaine-là. De nombreux professionnels sont déjà inscrits, déjà bien organisés et prêts à approfondir leurs projets.

Du local au global

Et si certaines des initiatives du startup weekend pouvaient répondre à des enjeux plus globaux ? Alors que l'Exposition universelle de Milan met à l'honneur le thème "Nourrir la planète", où certaines startups rhônalpines tirent leur épingle du jeu, ces papillonnements locaux s'inscrivent dans une réflexion plus large, où chaque projet participe au changement.

"Il est devenu urgent de changer de modèle, dans un monde en profonde mutation. Les besoins et les façons de consommer évoluent comme le démontre la demande grandissante en commerce de proximité, défendant une logique de développement durable et équitable. C'est un fait qui existe depuis plusieurs années, mais qui tend à sortir de sa bulle. Outre l'enjeu sociétal, c'est également un vrai business en devenir", conclut la co-organisatrice.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :