Family offices, les garants (très discrets) des patrimoines

 |   |  2642  mots
Vincent Labruyère, représentant la troisième génération du groupe Labruyère-Eberlé, investit notamment dans le secteur vinicole.
Vincent Labruyère, représentant la troisième génération du groupe Labruyère-Eberlé, investit notamment dans le secteur vinicole. (Crédits : Laurent Cerino/ADE)
Les family offices sont crédités de toutes les qualités. Ils ont pour rôle de garantir la cohésion de grandes familles dans la gestion de leur fortune avec une vision à long terme et transgénérationnelle. Un univers très secret qui brasse plusieurs dizaines de millions d'euros et dont la confidentialité qui les entourent permet difficilement d'en percer les mystères. Sauf à de très rares exceptions, en déchiffrer leur fonctionnement, leur rôle et leur finalité reste inhabituel.

Que peuvent bien avoir en commun les Peugeot, Wendel, Dassault, Mulliez, Pinault, Dentressangle ou encore Baulé ? Tous disposent d'une entité qui gère les intérêts patrimoniaux de ces familles...

Article réservé aux abonnés

Achetez l'article
Pour
5.00TTC
J'achète
Vous n'êtes pas abonné ? Abonnez-vous
Accéder
Déjà inscrit ou abonné ? Connectez-vous
Se connecter

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :